Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow CATFISH

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CATFISH pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 20 janvier 2019
 

Morning room
(Autoproduction – 2018)  
Durée 19’18 – 5 Titres

https://www.catfish-music.com/

Si les fondations du duo sont solidement ancrées dans le blues, Catfish a toujours eu à cœur d’en explorer tous les alentours en ouvrant sa musique à des genres divers comme le rock indie, le punk ou encore l’electro. Acclamés par la presse mais aussi et surtout par le public, Amandine Guinchard au chant, percussions, basses et claviers et Damier Félix aux guitares, voix, percussions et claviers ont tourné dans toute la France mais aussi plus largement aux quatre coins du monde et après un été studieux marqué par un passage en studio, c’est cet hiver que le tandem revient vers nous avec un nouvel EP, « Morning Room », dans lequel il a déposé une musique écorchée vive et des sonorités à fleur de peau. Un grain bien abrasif, une attitude très rock et même une certaine forme d’agressivité, une pointe d’orgue Farfisa pour bien battre les cartes, une fois la porte d’entrée passée, c’est une vague inattendue qui soulève instantanément l’auditeur avec un énorme « Mama Got The Devil Eye » à classer quelque part entre le stoner blues et le grunge. On surfe ensuite le long de titres où l’electro se taille une place de choix mais où la mélodie est omniprésente avec des « King Of Monkeys », « The Morning Room » et « Sour Sorrow » avant de redescendre vers le plancher des vaches avec une splendide « Death Army » superbement rythmée et saccadée à souhait. Un côté fuzz bien présent et quelques hymnes rock en puissance, une véritable envie de bien faire et de partager de bonnes ondes avec une assistance qui n’en attendait pas moins, Catfish est de retour avec son nouvel EP à compter du 8 février et sur la route pour un long moment. Qu’on se le dise !