Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow NIECIE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NIECIE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 15 janvier 2019
 

Trouble with a capital T
(Ride The Tiger Records – 2018)  
Durée 45’27 – 11 Titres

http://www.niecie.net

C’est de manière quelque peu inattendue que Niecie s’est fait connaitre dans le blues puisqu’elle se produisait avec un groupe de rock lorsque Magic Slim, qui l’avait entendu chanter, lui conseilla de s’essayer au blues et l’invita par la même occasion à se prêter immédiatement à l’exercice en le rejoignant sur scène. L’essai fut transformé sans plus attendre et c’est en prenant le temps de se former au blues de Chicago que cette native de Detroit prendra du galon, filant ensuite se produire à Las Vegas, puis en Californie et enfin à Boston. La mécanique désormais bien huilée, Niecie qui a pris pour habitude d’enregistrer à Nashville écume les scènes américaines et européennes depuis une vingtaine d’année et après avoir partagé l’affiche avec Koko Taylor, Shaun Murphy, Anthony Gomes et l’ex-Allman Brothers Johnny Neel, c’est en compagnie d’une liste de musiciens longue comme le bras qu’elle nous dévoile son dernier effort en date, « Trouble With A Capital T », une rondelle produite par Johnny Neel, déjà récompensé par un Grammy Award pour l’ensemble de son œuvre. Entre pièces originales et reprises choisies, Niecie va nous y présenter une musique pleine de soul mais aussi pleine d’énergie, un véritable bain bouillonnant de fun et de pêche qui n’en finit plus de donner des fourmis dans les jambes et des décharges d’adrénaline dans tout le corps. Portés par des guitares tirées à quatre épingles et par des ivoires de toute beauté, des titres comme « Memphis Stomp », « Two Can Play That Game », « Two Sides To Every Story », « Rise Up » ou encore « Just This Side Of Memphis » font preuve d’une très grande ingéniosité et d’un souci très poussé du détail, « Trouble With A Capital T » ne lésinant ni sur les voix avec la présence de Shaun Murphy sur cinq titres, ni même sur les chœurs très présents sur l’album. S’il fallait avoir un petit regret, ce serait sans doute au sujet de l’artwork qui aurait mérité d’être à la hauteur du contenu d’un ouvrage de très bonne facture !