Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow BOBBY BLACKHAT

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BOBBY BLACKHAT pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 10 janvier 2019
 

Put on your red shoes
(Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 65’25 – 12 Titres

http://bobbyblackhat.com  

Près de trois décennies passées chez les U.S. Coast Guards auront permis à Bobby BlackHat Walters d’être médaillé pour ses faits d’héroïsme, mais c’est loin d’être la seule distinction que cet harmoniciste et chanteur doublé d’un acteur a obtenu dans sa carrière puisqu’il engrange les Awards depuis 2012 et qu’il a même été finaliste de l’International Blues Challenge en 2016. Influencé par le blues de Chicago et de Memphis mais aussi par celui du Delta et du Piedmont, Bobby BlackHat nous propose un tout nouvel album dans lequel il fait la part des choses en interprétant d’anciens de ses titres remis au gout du jour mais aussi de nouvelles compositions et même quelques reprises très réussies. Accompagné par Tom Euler aux guitares, Lucy Lawrence Kirkpatrick aux claviers, Brian Eubanks à la basse et Michael Behlmar à la batterie, rejoint par quelques invités comme Cal Hamlin à l’orgue, Larry Berwald à la pedal steel et Lucius Bennett III aux voix, celui qui a eu l’honneur d’ouvrir pour B.B King, Taj Mahal et Bob Margolin et de partager la scène avec Kenny Neal, Eddie Shaw et Ruthie Foster va nous emmener à la découverte de son jeu particulièrement inspiré en interprétant des blues pleins de subtilité comme « I Smell Another Man On You », « This Grey Beard », « May I Have This Dance » et « I Hear Mama’s Voice » et même de superbes relectures de Leonard Cohen (« Hallelujah ») ou de Jimmy Reed (« You Got Me Runnin’ »). Aussi à son aise dans les blues lents que dans les morceaux un peu plus véloces, cet homme à tout faire va nous régaler durant une grosse heure de bonne musique durant laquelle on appréciera les riffs de guitares tracés au cordeau, les ivoires toujours très judicieusement placés, un harmonica qui n’en finit plus de briller et enfin une véritable blues attitude qui transpire de chaque morceau, de chaque note … Pas besoin de plus d’explications, « Put On Your Red Shoes » !