Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow INA FORSMAN

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

INA FORSMAN pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 03 janvier 2019
 

Been meaning to tell you
(Ruf Records – 2019)  
Durée 48’35 – 12 Titres

http://www.inaforsman.com  

La jeune Finlandaise n’aura pas mis beaucoup de temps à passer de l’anonymat à la célébrité, il faut dire que son premier album éponyme en 2016 et sa participation à la Blues Caravan la même année auront largement contribué au succès de cette chanteuse à la voix exceptionnelle ! Tout le monde s’attendait donc à une suite rapide, et pourtant, c’est avec une certaine maladresse qu’Ina Forsman perdra la totalité des chansons qui étaient appelées à figurer sur son nouvel album … Furieuse après elle et en même temps déterminée à faire encore mieux, il lui faudra deux années entières pour écrire ce nouvel opus, « Been Meaning To Tell You », et pour l’enregistrer en compagnie de quelques beaux noms de la scène internationale comme Red Young aux claviers, Laura Chavez aux guitares, Chris Maresh aux basses et contrebasses et Brannen Temple à la batterie mais aussi avec les Texas Horns conduits par Kaz Kazanoff qui a produit l’effort. Plus belles et plus inspirées que jamais, les nouvelles chansons d’Ina Forsman tirent naturellement parti de la colère légitime qui la rongeait au moment de les écrire et c’est en nous faisant traverser des titres très calmes et d’autres plus violents, des chansons qu’elle murmure et d’autres qu’elle interprète avec une certaine véhémence, voire même avec de l’agressivité qu’elle nous les présente. Empreint de beaucoup de diversité et marqué par l’incroyable qualité de ses compositions, ce nouvel album tant attendu va entrainer l’auditeur dans des trésors de blues mais aussi dans des titres plus jazzy, teintés de rythmes latins ou même plus proches des spirituals. Quelque peu surpris par « Be My Home » qui débute l’album sur une note assez féline, on accroche très vite les wagons à la locomotive Forsman pour ne pas perdre le flow de « Get Mine » et c’est ensuite de merveille en merveille que l’on chemine, dégustant avec une certaine gourmandise des « Genius », « Miss Mistreated », « Who Hurt You », « Every Single Beat » et bien entendu l’émotionnellement insoutenable « Sunny » chanté a capella avec un talent fou. On soulignera enfin le message que la chanteuse a voulu faire passer avec « Watcha Gonna Do » et « Why You Gotta Be That Way », des titres où elle évoque le harcèlement sexuel d’un point de vue masculin puis féminin, donnant en prime une touche lucide et engagée à un album qui a tout pour finir de propulser Ina Forsman vers des sommets qu’elle mérite largement d’atteindre ! A découvrir dès le 25 janvier …