Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow PAUL BENJAMAN BAND

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

PAUL BENJAMAN BAND pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 02 janvier 2019
 

Sneaker
(Horton Records – 2018)  
Durée 45’25 – 12 Titres

https://www.paulbenjamanband.com/  

Voilà un groupe qui ne peut pas renier ses influences et qui affiche ouvertement le son de Tulsa puisque le Paul Benjaman Band conjugue avec un réel savoir-faire le rockabilly, la country, le rock et le blues à la manière de JJ Cale, de Leon Russell et autres Elvin Bishop. Porté par un chanteur et guitariste plein de subtilité, le groupe est solidement épaulé par Jesse Aycock à la steel guitar, Bo Wayne Hallford à la basse, Andrew Jones à la batterie, Jeff Newsome aux ivoires et Patrick Ryan aux percussions et c’est avec un lot bien nourri de douze compositions qu’il va nous entrainer dans un monde bien à lui, un terrain de jeu où l’élégance est de rigueur mais où l’on se prend aussi régulièrement à faire de longues descentes en slalom le long d’une pedal steel qui n’en finit plus de louvoyer. Rompu à l’exercice de la scène pour avoir copieusement tourné et partagé l’affiche avec des artistes comme Sonny Landreth, Jason Isbel ou Lucinda Williams, Paul Benjaman n’en est pas moins un excellent artiste de studio et c’est avec une richesse infinie qu’il nous a concocté des titres dignes des plus grands songwriters, de véritables perles rares gorgées de guitares mais aussi d’arrangements d’un extrême intelligence, des titres comme « Sneaker » bien entendu, mais aussi d’autres comme « Ball And Chain », « Showdown State », « Monticello Honeymoon », « El Matador » et « Black Magic Country » qui vous donnent une incroyable envie de sauter dans le premier avion qui passe pour aller faire le plein de Tulsa Sound auprès d’un artiste qui mériterait vraiment de venir faire un belle tournée sur nos terres. Il y a un petit quelque chose de JJ Cale dans « Sneaker », mais aussi de temps en temps des petites couleurs qui évoquent Clapton … Qui s’en plaindra ?