Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow RANDY CASEY

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

RANDY CASEY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 22 décembre 2018
 

I got lucky
(Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 50’35 – 12 Titres

http://www.randycasey.com

L’histoire de ce huitième album de Randy Casey ressemble un peu à un conte de fées … En effet, les mélodies qui y sont rassemblées sont le fruit de superbes retrouvailles, celles d’un artiste et de la première guitare sur laquelle il avait posé ses doigts d’enfant, une Les Paul Custom de 1969 ! Retrouvé presque par hasard, cet instrument de légende sera proposé prioritairement à Casey qui s’endettera pour se l’offrir, refermant du même coup la boucle et concrétisant pour l’occasion une très belle histoire d’amour. On aurait presque pu conclure par le traditionnel ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, si ce n’est que dans ce cas précis les retrouvailles donneront naissance à une flopée de beaux riffs et à autant de belles pièces qui se teintent autant de blues roots que de swamp blues pour un résultat plus qu’épatant. Aux côtés su guitariste et chanteur, on notera la présence de David J. Russ et Noah Levy à la batterie, Aaron ‘‘Al’’ Bergstrom, Martin Rush et Steve Price à la basse, John ‘‘Pinetree’’Paynich à l’harmonica, Steve Thorp et Peter J. Sands à l’orgue, John Elier au piano et Brad Stoll au djembé et c’est en parfaite osmose que tout ce joli monde a mis une douzaine de titres en boite entre Minneapolis et Seattle, trouvant non seulement un véritable son mais aussi une véritable couleur musicale qui fait plaisir à entendre. On ne s’étendra pas sur la dextérité de Randy Casey ni sur le potentiel charme de sa guitare pour mieux s’attarder sur les structures mêmes des compositions de « I Got Lucky », des titres qui s’appuient très solidement sur un blues que l’on peut taxer de classique mais qui n’hésitent pas non plus à lui apporter un lot nourri de détails innovants, de petits accents qui font la différence et qui font de titres comme « Bedbug Blues », « Little Weed », « One Step Ahead », « That Train » ou « Broken Arm Blues » autant de beaux blues qui donnent à cette galette tous les ingrédients nécessaires pour passer un véritable moment de plaisir auquel renoncer serait une erreur. Le trèfle à quatre feuilles qui trône fièrement sur la tartine en fait le porte bonheur idéal pour tous les fondus des 12 mesures !