Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow MANU DIBANGO à CLEON (76)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

MANU DIBANGO à CLEON (76) pdf print E-mail
Ecrit par Evelyne Balliner  
mercredi, 05 décembre 2018
 

STRANGE O'CLOCK - MANU DIBANGO
LA TRAVERSE - CLEON (76)
Le 30 novembre 2018

http://www.manudibango.net/
https://www.strange-o-clock.com/
http://www.latraverse.org/

Aux chemins de l'école, Manu Dibango a préféré celui des bars et clubs de musique et grand bien lui en a pris. Il avait à peine quitté Douala et le Cameroun qu'il avait décidé qu'il jouerait de la musique. Il a maintenant 84 ans et c'est d'un pas alerte qu'il entre sur la scène de la Traverse, son saxophone à la main et à la bouche. Bientôt 60 ans de passion musicale et une renommée internationale.

Une introduction avec son band, il faudra que le public attente un peu avant qu'il ne se montre. La magie opère très vite et le public entame la chanson en chœur avec le sax. Une musique qui a un air de musique des Caraïbes, de salsa. Ça danse, les gradins se vident doucement pour soulager les pieds de l'immobilité. Un peu d'humour pour continuer, dans le Paris Dakar, il n'y a plus de Paris, plus de Dakar. Ils sont tous dans la Pampa. Allons les rejoindre avec Isabel et Valérie et Julien sur une salsa argentine. L'homme au saxophone reviendra bien vite rejoindre ses musiciens.

Strange O'Clock … Déjà une semaine qu'ils ont joué à la Gare aux Musique de Louviers. Ils reviennent en première partie de Manu Dibango devant une salle quasiment pleine. De quoi stresser un peu... C'est toujours aussi souriante que Cely effleure sa calebasse en chantant et que Christophe enregistre sa guitare pour la faire tourner en boucle pendant qu'il joue avec une deuxième guitare. Les morceaux aux rythmes de l'Afrique saharienne se sont électrisés en traversant l'Atlantique. Le succès est au rendez-vous, le public aime. Il en veut encore, ils reviennent pour le bonheur de tous.

Evelyne Balliner – décembre 2018