Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow RANDY McALLISTER AND THE SCRAPPIEST BAND IN THE MOTHERLAND

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

RANDY McALLISTER AND THE SCRAPPIEST BAND IN THE MOTHERLAND pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 30 novembre 2018
 

Triggers be trippin
(Reaction Records – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 46’38 – 10 Titres

http://www.randymcallister.com
          
Il appartient à cette race d’artistes qui ne cherche pas à tromper le public sur la marchandise, ces musiciens sincères et humainement au top qui ne se cachent pas derrières des paillettes et autres artifices mais qui au contraire mettent sur la table tout ce qu’ils ont en eux, sans jamais compter. Venu à la musique avec la batterie à l’âge de neuf ans, Randy McAllister découvrira l’harmonica dans le Massachusetts lors de son passage par l’armée, il avait alors une vingtaine d’années. Parti ensuite en Alaska pendant trois ans, il se produira dans divers groupes avant de retourner dans son Texas natal au début des années 90 et d’y entamer une carrière de musicien et de songwriter puisque outre ses deux instruments, l’artiste dispose d’une voix plus que solide et d’un talent de composition tout aussi impressionnant. Après trois décennies de carrière et une quinzaine de lignes à sa discographie, McAllister revient cette fois avec « Triggers Be Trippin », un nouvel effort où l’on remarque la présence de Brandon Hudspeth aux guitares et de Jacques Garoutte à la basse sur la plupart des morceaux. Complété par divers musiciens de passage, The Scrappiest Band In The Motherland va nous emmener à la découverte d’une dizaine de titres dont la seule reprise, « Since I Met You Baby », sera empruntée à Ivory Joe Hunter. Entre blues et soul et avec parfois quelques très beaux accents roots, ces trois quarts d’heure de musique vont nous faire découvrir de nouvelles œuvres du Texan, des compositions qui remuent ou qui vous remuent, c’est selon l’orientation qu’elles prennent, mais aussi et surtout des compositions qui ne cèdent jamais à la facilité en nous délivrant des morceaux construits avec soin et interprétés avec un mélange de ferveur et de foi. Depuis « In A Flick Of A Bic » jusqu’à « We Can’t Be Friends (If You Don’t Like Jimmy Reed) », Randy McAllister va faire le job avec un talent sans commune mesure et nous régaler avec des pépites comme « Beauty And Ugly Upside Down (Ode To Lizzie Velasquez) », « The Yin And The Yang », « Vacation In My Mind » ou encore « Makeshift Molly », des titres qui ne manqueront pas de donner l’envie d’en entendre encore plus en live ! Avis aux amateurs …