Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow LILIX & DIDI

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LILIX & DIDI pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 09 novembre 2018
 

Young girls punk rock
(M & O Music – DOM – 2018)  
Durée 25’42 – 10 Titres

https://www.facebook.com/lilixdidi/

Quinze ans chacune, dont la moitié déjà passée au service du punk rock avec à la clé un single, un premier album et des concerts en pagaille dont certains en première partie des Wampas, de Manu Lanvin, des Ramoneurs de Menhirs, de Little Bob ou encore de Michael Jones, Lilix & Didi sont deux jeunes punkettes qui se partagent la basse et la batterie au sein d’un groupe du même nom où elles sont accompagnées par Lio à la guitare, l’ainé de la bande, du moins sur le papier, et par une jeune recrue de leur âge arrivée il y a trois ans à leurs côtés, la claviériste et guitariste Zo. Elevées à bonne école, et ce n’est rien de le dire, les jeunes punkettes se devaient de revenir avec un nouvel album, quatre ans déjà après son prédécesseur, une éternité à leur échelle, et c’est en mettant les petits plats dans les grands qu’elles confirment avec dix reprises, et non des moindres puisque l’on y remarque trois titres des Wampas, Didier qui apparait d’ailleurs sur l’album étant en quelque sorte le parrain du groupe, mais aussi des covers des Ramones, de Maid Of Ace, des Sham 69, de Daygo Abortions et des Clash mais aussi de Renaud et de John Lee Hooker. La voix posée exactement là où il faut, Didi harangue son public avec le talent d’une rockeuse au long cours et c’est avec quelques brûlots dans le genre de « The KKK Took My Baby Away », « If The Kids Are United », « Bla Bla » et « White Riot » mais aussi d’une relecture de « Camarade Bourgeois » posée avec une intelligence rare sur le rif du « Ace Of Spades » de feu Motörhead que Lilix & Didi nous assènent la grosse baffe de l’automne, celle qui fait définitivement passer ces punkettes du stade de school girls à celui de rock stars. Ajoutez-y un « Rimini » plus émouvant que nature, un énorme « Boom » et un final d’anthologie avec « C’est Noël » et « J’ai avalé une mouche » et vous obtenez la preuve irréfutable que le rock en France est loin d’être mort et enterré. « Young Girls Punk Rock », c’est elles qui le disent, mais avec une telle force de conviction qu’il faudra bien les croire !