Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow SAN CAROL

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SAN CAROL pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 05 novembre 2018
 

Houdini
(Freemount Records – Differ-Ant – 2018)  
Durée 46’00 – 9 Titres

https://www.facebook.com/sancarolmusic/

Projet initié par le chanteur et claviériste Maxime Dobosz, San Carol est une énigme qui évolue au fil des ans, une sorte de mystère musical apparu en 2013 avec « La Main Invisible » puis revenu deux ans plus tard avec « Humain Trop Humain », deux albums qui relevaient autant du bricolage electro que d’une véritable dimension rock. Surprenant sur album, San Carol a confirmé son originalité à la scène et a fait évoluer ses mélodies pour les rendre de plus en plus torturées, aériennes voire même volatiles. Pas étonnant dès lors que l’on retrouve cette année Maxime Dobosz et ses complices, Stw aux guitares, Florent Vincelot à la basse et Simon Garnier à la batterie, avec un nouvel album encore plus étrange et en même temps encore plus abouti, une œuvre que San Carol a choisi d’appeler « Houdini », comme le fameux magicien austro-hongrois connu pour être le roi de l’évasion. D’évasion il sera forcément question donc au fil de ces neuf compositions, à commencer par le fait que son auteur est un anticonformiste de premier ordre qui s’est échappé du confort de sa situation pour se consacrer à sa musique, mais aussi parce que San Carol s’évade de toute forme de convention musicale pour faire sonner ses morceaux comme il l’entend, transformant les sons de guitares en synthés et dénaturant plus que de raison ses claviers, sa rythmique, sa voix même parfois, mais pas forcément pour créer une sorte de dissonance puisque l’artiste s’attache régulièrement à façonner des harmonies plus que parfaites. Le beau se met ainsi à flirter avec l’inattendu et les fruits de ces errances se traduisent par des « Meaning Of Life », « Marvelous Engine », « Turn To Dust » et autres « Lone Star », des pièces qui nous emmènent du plus moelleux et confortable de la musique de chambre jusqu’au plus froid et au plus répétitif d’incantations qui n’ont jamais été aussi proches de la musique sacrée que sur « Parachutes ». Un album qui demandera de nombreuses écoutes pour véritablement livrer toutes ses subtilités !