Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow JOULIK

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JOULIK pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 04 novembre 2018
 

Envol
(Laclique – Absilone – Socadisc – 2018)  
Durée 47’25 – 11 Titres

http://www.joulik.fr

Joulik s’est fait connaitre avec trois albums parus depuis 2011, trois ouvrages dans lesquels le trio a toujours eu à cœur de mettre une musique libre et galopante, une musique qui ne s’encombre pas de frontières, de genres ou encore d’étiquettes, et force est de constater que ça fonctionne puisqu’il est aujourd’hui totalement inclassable, à part peut-être dans une tête de gondole estampillée musiques du monde, ce qui veut en fait dire tout et souvent n’importe quoi. Pour Mélissa Zantman au chant et à l’accordéon, Claire Menguy au violoncelle et Robin Celse aux guitares et à l’oud, l’idée de départ a toujours été de faire voyager l’auditeur des Balkans jusqu’au Brésil en longeant copieusement les rives de la Méditerranée et en traversant l’Afrique dans ce qu’elle a de plus coloré, de plus rythmé. Il en est ressorti des œuvres sensuelles que Joulik complète cette fois avec « Envol », un quatrième album au relief très découpe dans lequel on remarquera nombre de pièces originales mais aussi quelques adaptations de chants traditionnels et même une reprise de toute beauté de « Lá Em Saõ Paulo » empruntée à la Brésilienne Renata Rosa. Passant du Français à l’Italien mais aussi au Ladino, la langue vernaculaire judéo-espagnole, au Wolof, au Portugais et même à une langue imaginaire, Joulik multiplie les saveurs et nous les dévoile avec quelques invités comme Solène Ballanec au chant mais aussi Paul Guigou et Thomas Bourgeois aux percussions, offrant à chacun de ses morceaux un véritable tremplin à partir duquel il peut pleinement prendre son « Envol ». Lancinant, répétitif, enjoué ou encore remuant, chaque chanson est une découverte que l’on se doit de prendre individuellement, quand bien même la somme de toutes ces individualités qui ont pour titre « Morenika », « Malgré moi », « Adouna », « Chrysalide » ou encore « La Serena » forme un tout à la fois unique, complexe et très abouti. Un album à prendre comme il vient pour mieux pleinement s’en imprégner !