Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow JOHNNY & JAALENE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JOHNNY & JAALENE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 03 novembre 2018
 

Johnny & Jaalene
(Rip Cat Records – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 35’18 – 12 Titres

https://www.facebook.com/JOHNNYANDJAALENE/

Quand deux très jeunes musiciens décident d’unir leurs talents pour les mettre au service de leur art, cela donne parfois des duos originaux tels que Johnny & Jaalene … Il faut reconnaitre que les deux jeunes gens sont bien nés car du haut de ses seize ans, Jaalene DeLeon a déjà une sacrée expérience puisque celle que l’on surnomme The Queen Of The Teens a déjà tenu des rôles importants dans des comédies musicales et au théâtre ! De trois ans son aîné, Johnny Ramos n’est autre que le fils de Kid Ramos, enfant biberonné au blues, au rock et au rockabilly mais aussi au punk et au disco, qui fait preuve d’une ouverture musicale particulièrement large et qui a accueilli la jouvencelle pour unir leurs deux voix à une guitare qu’il manie plutôt habilement. Soutenus par Tommy Harkenrider et Kid Ramos aux guitares, Brent Harding à la basse, Kipp Dabbs à la batterie, Jesus Cuevas à l’accordéon et Ron Dziubla au saxophone, Johnny & Jaalene nous dévoilent leur premier album éponyme, un ouvrage dans lequel les styles se télescopent, mais toujours sur une tonalité vintage puisque du rock roots au rockabilly en passant par le blues, l’Americana et le Chicano rock’n’roll, les deux complices nous raccompagnent vers une époque à laquelle brillaient les Elvis Presley, Johnny Burnette, Roy Orbison, Carl Perkins et autres Johnny Cash. En une douzaine de reprises empruntées à de grands noms comme les Ronettes, Carla Thomas, Eddie Cochran, Etta James ou Jessie Mae Robinson mais aussi à Lalo Guerrero ou encore aux frères Rigual, Johnny & Jaalene font revivre la musique de leurs ainés et parviennent à nous surprendre avec des interprétations très fraiches et très sincères de titres comme « Baby I Love You », « Teenage Cutie », « Los Chucos Suaves », « Let’s Have A Party » ou encore « Cuando Caliente ». On citera enfin pour l’anecdote la relecture de « Let It Be Me », adaptation par les Everly Brothers du fameux « Je t’appartiens » de Gilbert Bécaud ! De quoi prédire un avenir radieux à ces deux jeunes idoles américano-mexicaines !