Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow SEAN CHAMBERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SEAN CHAMBERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 30 octobre 2018
 

Welcome to my blues
(American Showplace Music – 2018)  
Durée 46’15 – 11 Titres

http://www.seanchambers.com/

Né en Floride, Sean Chambers a commencé à faire carrière dans le blues il y a tout juste vingt ans, lorsqu’il est devenu le guitariste mais aussi le leader du groupe du grand Hubert Sumlin, un poste qu’il occupera jusqu’en 2003. Acclamé pour son sixième album, « Trouble & Whiskey », qui lui a valu l’honneur des charts américains, le chanteur et guitariste réitère avec « Welcome To My Blues », un opus une nouvelle fois produit par Ben Elliott qui a enregistré des gens comme Eric Clapton, Keith Richard ou encore Billy Gibbons durant sa carrière. Si l’on a donc un gage évident de qualité au niveau d’un son qui sera forcément blues rock, il reste à découvrir dans quelle direction l’inspiration a pu cette fois emmener Sean Chambers et c’est avec un réel bonheur que l’on remarque pas moins de huit pièces originales sur cette nouvelle galette, des titres agrémentés de trois reprises bien senties et interprétés par un groupe dans lequel on retrouvera John Ginty aux claviers, Todd Cook à la basse et Moe Watson à la batterie. Parti à bride abattue sur le tittle track de l’album, Sean Chambers va nous faire traverser des morceaux dans lesquels on trouve de belles choses agrémentées tantôt d’un B3, tantôt d’un piano ou même d’une guitare slide tenue par Jimmy Bennett sur « One More Night To Ride », des créations pleines de sensibilité et de fougue comme « Black Eyed Susie », « Red Hot Mama », « Keep Movin On » ou encore « Riviera Blues » superbement entrecoupées par le « Cherry Red Wine » de Luther Allison, « All Night Long » de T-Bone Walker ou encore « Boxcar Willie » de John Ginty. Si l’on comprend très rapidement que Stevie Ray Vaughan fait partie des influences majeures de l’artiste, on apprécie que Sean Chambers ait su ne pas se laisser enfermer dans un syndrome lié à son modèle et qu’il se montre capable de jouer dans son propre style, sans renoncer à proposer des démonstrations de virtuosité et de vélocité bien entendu, mais sans se limiter à cela non plus. De bien belles choses à découvrir dans les bacs fin octobre et lors d’une tournée européenne annoncée pour la fin de l’année.