Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow BORN FROM LIE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BORN FROM LIE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 07 octobre 2018
 

The new world order part I
(Symbol Muzik – Brennus Music – 2018)  
Durée 42’06 – 8 Titres

http://www.bornfromlie.com

Ils ont officialisé leur naissance en 2014 en sortant leur premier album éponyme et depuis lors, les Parisiens de Born From Lie n’en finissent plus de confirmer leur volonté de s’installer au croisement du rock et du metal, avec un second effort publié deux ans plus tard, « The Promised Land », et aujourd’hui avec cette troisième tartine dans laquelle Jérôme Thellier au chant et aux guitares, Nicolas Boutinot aux guitares, Pascal Davoury à la basse et David Caparros à la batterie ont un nouvelle fois mis le meilleur d’eux-mêmes. Prolongement du précédent album de Born From Lie, « The New World Order Part I » prend racine dans le titre « No Escape » qui en était une pierre angulaire et s’efforce de prendre une dimension conceptuelle dont chaque morceau est un chapitre à lui tout seul. Arrivé devant une ville entourée de murs infranchissables, un groupe de personnes ayant quitté son pays d’origine tente de se faire admettre mais se retrouve confronté à un double problème, soit les individus ne sont pas jugés aptes à entrer et sont éliminés, soit on les accepte mais ils sont alors réduits à une sorte d’asservissement inhumain. Imaginaire mais inspirée de faits bien réels, l’histoire se veut prenante voire même oppressante et donne lieu à de belles pépites musicales comme « An Endless Journey », « The Cell », « Draw Straws », « With Their Lies » ou encore « The New World Order », des titres sur lesquels on remarque à l’occasion des instruments orientaux à cordes apportés par Gilles Andrieux, Jules Jassef se chargeant pour sa part d’amener des cuivres sur « Insomnia ». Le reste n’est que riffs ingénieux et breaks harmonieux et c’est à l’arrivée un album de très belle facture que nous présentent les Parisiens. Plus belles seront les prochaines sorties en live !