Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DENNIS HERRERA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DENNIS HERRERA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 11 septembre 2018
 

You stole my heart
(Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 49’28 – 11 Titres

http://www.dennisherrera.com

Il n’a pas pour ambition de révolutionner le blues, bien au contraire, mais le chanteur et guitariste californien Dennis Herrera est bien décidé à proposer une musique à la fois respectueuse des traditions et pleine de sensibilité pour réjouir les fans du genre et les faire participer à la fête qu’il organise à chacun de ses concerts. Pour son troisième album, l’artiste s’est adjoint les services de musiciens parmi les plus brillants du moment et on peut reconnaitre selon les sessions Sid Morris au piano, Rich Wenzel aux claviers, Frank DeRose et Bill Stuve aux basses, Jack Sanford et Jeff Jorgenson au sax, Robi Bean et Lee Campbell à la batterie et enfin Denis Depoitre aux harmonicas et Gordon Peeke aux percussions. Produit et réalisé par Rich Wenzel, « You Stole My Heart » a été enregistré entre Ardent Audio à Torrance et Greaseland Studios à San José et c’est au travers de onze pièces originales que Dennis Herrera s’efforce de nous inviter à partager son quotidien, ses pensées et sa quête perpétuelle de musique qui se traduit par des riffs simples mais efficaces, par des mélodies recherchées et par des textes qui sentent bon le vécu et l’expérience. Empreints d’un groove impeccable, des titres comme « Takes Money », « With No Refrain », « Look Out », « You Can Name It », « Backed Up » ou « Run With The Loosers » transpirent le blues par tous les pores de leur peau et c’est en tapant du pied de la première mesure de « You Stole My Heart » à la toute dernière note de « Bittersweet » que l’on chemine pendant une cinquantaine de minutes en bonne compagnie sur une musique qui nous emmène de Chicago jusqu’à la West Coast avec de temps à autres quelques beaux relents venus du Delta et même du Texas. Un blues sans prétention mais servi avec le cœur et les tripes !