Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow LAWRENCE LEBO

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LAWRENCE LEBO pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 08 septembre 2018
 

Old school girl
(On The Air Records – Blind Raccoon – 2018)  
Durée 28’33 – 8 Titres

http://www.lawrencelebo.com

Elle a grandi dans les banlieues de Los Angeles et a chanté dans tous les bars des environs avec différents groupes, gagnant le respect de ses pairs mais aussi d’un public qui fera d’elle la meilleure chanteuse de blues de l’année au « Best Of LA 2014 ». Mariée au bassiste Denny Croy (Brian Setzer Orchestra, Moon Martin, Fiona Boyes …) depuis plus de 30 ans, Lawrence Lebo donne énormément d’elle-même pour l’éducation et se concentre sur le programme qu’elle a conçu pour la Grove School Of Music de Los Angeles, ce qui ne l’empêche cependant pas de revenir cette année vers les bacs avec un sixième album pour lequel elle est accompagnée par Tony Mandracchia à la guitare, Denny Croy à la basse, Steve Mugalian à la batterie et Larry David aux orgues, pianos et harmonicas mais aussi rejointe épisodiquement par Phil Parlapiano et Sasha Smith au B3, Carl Byron à l’accordéon, Ed Eblen à la batterie et enfin Wayne Peet qui se charge de tempérer les ardeurs de tout ce joli monde. En sept pièces originales et une relecture très personnelle de « Stormy Monday », Lawrence Lebo va s’attacher à faire de sa voix un instrument qui évolue sur une palette très étendue et à nous prouver qu’elle est véritablement une « Old School Girl » en nous offrant des chansons qui flirtent astucieusement avec les années 30 à 50. D’un blues à l’ancienne jusque à une pure craquerie teintée de zydeco, la chanteuse et ses complices nous offrent ainsi du bonheur à l’état brut avec des titres comme « You’ve Got A Secret », « Stop Shouting Your Business », « Give Me A Try » et « Happy Anniversary, Baby » qui sont autant d’odes aux relations, parfois compliquées, entre les hommes et les femmes. On n’en demandait pas tant !