Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow JOHNNY & THE HEADHUNTERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JOHNNY & THE HEADHUNTERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 05 septembre 2018
 

That’s all I need
(Autoproduction – Blind Raccoon – 2018)  
Durée 31’55 – 10 Titres

http://www.johnnyandtheheadhunters.com  

Il a été le guitariste de Louisiana Red mais c’est aujourd’hui accompagné de ses Headhunters que Johnny Ticktin s’adresse au public avec un nouvel album personnel, le huitième, sur lequel il a choisi de proposer une collection de titres parmi lesquels on remarquera des emprunts faits à des légendes comme Lowell Fulson, Magic Sam ou encore Link Wray. Guitariste depuis sa plus tendre enfance, Johnny Ticktin a perfectionné son art en écoutant les meilleurs artistes de blues et a finalement croisé le fer avec la plupart de ses modèles, atteignant aujourd’hui un niveau que beaucoup lui envient. Accompagné de divers musiciens comme Brian Mc Gregor, Steve Shaw, Pete Kanaras ou El Torro Gamble à la basse, Clark Matthews, Torro Gamble ou Robbie Magruder à la batterie et Tam Sullivan aux ivoires, rejoint à la guitare sur un titre par Dru Lore, l’artificier doublé d’un solide vocaliste va nous faire vivre une sorte de voyage durant lequel l’auditeur passera du blues au rhythm’n’blues, du surf au swing et même du rock au mambo avec toujours autant de plaisir, Johnny & The Headhunters n’ayant pas leur pareil pour s’approprier pleinement des œuvres comme « That’s All I Need » auquel l’effort emprunte son nom, comme « Body And Fender Man », « Rock’Em Dead », « Shake Your Money Maker », « Aces Of Spades » ou encore « Collins Mambo ». On soulignera encore la présence vocale de Liz Springer sur « Watch And Chain (Hey Gyp) » et on saluera bien bas l’effort d’un guitariste qui rend hommage de fort belle manière à ce que son instrument lui inspire au quotidien. Du feeling, du talent et de l’envie, rien de tel pour faire un bel album !