Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow BIJOU DAUGA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BIJOU DAUGA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 27 août 2018
 

Sans pitié – En public
(Aztec Music – PIAS – 2018)  
Durée 38’13 – 11 Titres

https://www.facebook.com/bijou.dauga

Formation incontournable du rock français au dernier millénaire, Bijou a inscrit son nom au patrimoine rock hexagonal avec quelques hymnes intemporels et a connu quelques gros moments de gloire à la fin des seventies avant de se séparer à plusieurs reprises, renaissant à chaque fois de ses cendres, la première sans son guitariste historique Vincent Palmer et depuis les années 2000 sans le troisième homme originel, le batteur Dynamite Yann. Seul rescapé du Bijou initial donc, le bassiste Philippe Dauga revient cette année avec un nouvel effort live, « Sans pitié », une rondelle enregistrée en compagnie de Frantz Grimm aux guitares et Fred Maizier à la batterie qui tend à prouver que le rock du trio parisien n’a pas vraiment vieilli, quand bien même les années ont fait leur œuvre sur les hommes. Sans le moindre stress, Bijou Dauga va venir nous asséner quelques-unes des pépites qui ont pu jalonner la carrière d’un mythe souvent comparé aux Who, à la Story de Little Bob, aux Pretty Things, à Starshooter et autres Dr Feelgood. De l’indispensable « Danse avec moi » au standard parmi les standards, « Betty Jane Rose », on traversera une masse incroyable de classiques comme « Je connais ton numéro de téléphone », « Descente aux enfers » ou encore « Harley Davidson » qui tombe à point nommé pour rappeler que Bijou et Gainsbourg ont un bout d’histoire en commun. Les plus vieux fans du groupe regretteront quand même l’absence de titres comme « La vie c’est comme ça », « La fille du Père Noël », « OK Carole » ou encore « Rock à la radio » et peut-être un léger manque de charisme dans les transitions entre les morceaux qui mériteraient mieux que les quelques mots dont Dauga gratifie son public. Et puis tant qu’à faire, gourmand que nous sommes, on en aurait bien pris une petite demi-heure de plus …