Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow BANCAL CHERI

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BANCAL CHERI pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 12 août 2018
 

Bancal Chéri
(Printival – Estive – 2018)  
Durée 42’47 – 13 Titres

https://www.facebook.com/bancalcheri      
 
Bancal Chéri et un projet né d’une rencontre initialement prévue pour trois représentations données autour de « Boby Lapointe repiqué », un spectacle qui aura duré finalement trois années et qui aura conduit Roland Bourbon, Nicolas Jules, Imbert Imbert et Dimoné à imaginer autre chose pour pouvoir jouer les prolongations. Bancal Chéri était né et c’est à la scène que le quartet le fera évoluer pour en faire un nouveau spectacle qui donne aujourd’hui naissance à un album éponyme dans lequel on découvre des choses incroyables, improbables parfois, mais toujours réjouissantes. De Nino Ferrer à Nina Hagen en passant par Jacques Dutronc et Screamin Jay Hawkins, Bancal Chéri bouscule les classiques et nous sert des hymnes hypnotiques, shamaniques ou tout bonnement hystériques, trouvant à chaque fois une bonne raison pour mettre le feu avec « Qu’est-ce que tu dis », « La barbe à papa », « L’habitude enfin », « Glass Glock », « Numéro Lose Bis » ou encore « La Vienne et les Deux-Sèvres ». Brulant de mille feux, l’album nous surprend plus souvent qu’à son tour en faisant montre d’une énergie phénoménale mais aussi d’une superbe sensibilité qui fait sortir Bancal Chéri de tout ce que la musique compte de règles, de normes et de clichés que d’aucuns se plaisent à respecter à la lettre alors qu’ils n’existent que pour mieux être transgressés, contournés, voire carrément brisés. De la gouaille et de l’audace, une touche animale et surtout une volonté de pousser les choses le plus loin possible, il n’en fallait pas plus pour que cet album collectif se révèle être une raison valable de continuer encore un peu l’aventure. Le grand gagnant de cette histoire, c’est forcément le public qui en prend à chaque fois plein les yeux et plein les oreilles !