Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow WILY BO WALKER

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

WILY BO WALKER pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 06 août 2018
 

Almost transparent blues
(Mescal Canyon Records – Blind Raccoon – 2018)  
Durée 53’59 – 11 Titres

http://www.wilybo.com  

Natif de Glasgow, en Ecosse, Wily Bo Walker est un guitariste capable de jouer sur une très large palette de genres et ce n’est pas sans raison qu’il connait un imposant succès des deux côtés de l’Atlantique, pouvant se vanter d’être entré au US Blues Hall Of Fame mais aussi d’être régulièrement nominé et récompensé aux British Blues Awards. Du blues traditionnel jusqu’au blues rock en passant par la soul, le gospel, le jazz ou le rhythm’n’blues, Wily Bo Walker fait briller tout ce qu’il touche et c’est en parfait songwriter qu’il nous présente son nouvel album, « Almost Transparent Blues », un effort au contenu dense dans la guitare de l’artificier crée un tapis confortable sur lequel la voix se pose avec un certain confort. Multipliant les influences, Wily Bo se laisse aller à nous proposer des morceaux dans lesquels il passe du boogie au rock en s’offrant des escapades qui ne sont pas sans rappeler les Rolling Stones, Gary Moore ou encore Bruce Springsteen. Que de belles choses donc dans ces onze titres que Wily Bo Walker va nous servir avec un mélange de ferveur et d’efficacité, en commençant par l’excellent « Chattahoochee Coochee Man » pour mieux poursuivre avec des bombes atomiques comme « Loan Me A Dime » et « Storm Warning », avec un « Motel Blues » plein de sensibilité ou encore avec le très exotique « Walking With The Devil ». On soulignera encore la présence des Brown Sisters of Chicago Gospel Choir sur « Long Way To Heaven » avant de terminer avec « Light At The End Of The Tunnel », un titre qui n’est pas sans faire penser à Tom Waits. De quoi se garantir une grosse cinquantaine de minutes d’une musique de qualité dans la platine pour un bon moment puisqu’il s’avère assez difficile de retirer « Almost Transparent Blues » une fois que l’on s’est offert une première écoute. Attention, il y a de véritables risques d’addiction !