Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow CACHEMIRE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CACHEMIRE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 02 août 2018
 

Qui est la punk ?
(InOuïe Distribution – 2018)  
Durée 44’05 – 13 Titres

http://www.cachemiremusic.fr  

Formation nantaise remarquée en 2012, l’année de sa naissance, avec un premier EP autoproduit, Cachemire est une des nouvelles icônes du rock français qui a su se faire connaitre du public grâce à un premier album paru en 2015 mais aussi grâce à de multiples concerts, plus d’une centaine au total, dont certains donnés en première partie de Cali, Trust, Matmatah, Les Wampas et autres Elmer Food Beat. Des salles parisiennes incontournables jusqu’aux plus beaux festivals des bords de la Loire, Freddy, Seb, Sven et Farid ont su porter leur rock mâtiné de punk, et en Français en plus, vers un public avide de ces bonnes choses qui s’arrache aujourd’hui un nouvel album réalisé par Charles de Schutter et sorti au printemps dernier. Motivé par le fait de collaborer avec celui qui a fait le son de -M- et Superbus mais aussi de No One Is Innocent, Cachemire a laissé parler les watts et la fougue sur « Qui est la punk ? », un ouvrage qui porte bien son nom et qui nous fait pénétrer des deux pieds dans un rock alternatif qui est, selon certains spécialistes, le maillon manquant entre les Shériff et Téléphone. Plus proche quand même des premiers que des seconds, Cachemire va nous balancer un rock sans fioriture et surtout sans concession, un rock brut de décoffrage qui s’appuie sur des guitares tendues comme une barre de fer et sur une rythmique basique mais particulièrement précise. On y découvre quelques hymnes potentiels, des chansons directes et franches comme « La veste », « Sexy Beat », « Merci Teacher », « Eric Cantona », « Joue avec nous », « It’s Only » et bien entendu « M. Ducontoir » qui n’en finiront plus de réveiller le punk qui sommeille encore en chacun de nous. Voilà de quoi contredire John Lennon qui déclarait jadis que le rock français, c’est comme le vin anglais !