Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Concerts arrow LIONS METAL FESTIVAL à MONTAGNY (69)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LIONS METAL FESTIVAL à MONTAGNY (69) pdf print E-mail
Ecrit par Agathe Kipienne  
mercredi, 25 juillet 2018
 

LIONS METAL FESTIVAL
LE TRAIT D’UNION – MONTAGNY (69)
Le 2 juin 2018

https://www.facebook.com/Lionsmetalfestival/

Retrouvez les photos d'Agathe Kipienne sur https://www.facebook.com/agathekipiennephotographe et http://www.flickr.com/photos/a-k-photography/sets/

Remerciements : Mick Caesare, tous les groupes, tous les bénévoles et l'organisation du Lions Metal Festival.

Direction Montagny, une petite bourgade à une poignée de kilomètres de Lyon, où se tenait la deuxième édition du Lions Metal Fest. Une excellente affiche pour cette deuxième, avec du culte, de la découverte et des coups de cœur. Un festival à surveiller de près, organisé par de véritables passionnés et qui a tout pour devenir grand.

Un bon démarrage avec les Lyonnais de Shotgun Logic et leur thrash très typé 80’s. Une très jeune formation de 2017 qui envoie du pâté comme il se doit, à grands coups de riffs saccadés à la Exodus / Slayer avec une voix qui me rappelle un certain Mark Osegueda (Death Angel). Un très bon show bourré d’énergie, belle découverte !

Le relais se fait avec le groupe Aesmah (Lyon), groupe qui officie dans un death mélodique influencé par la scène suédoise (Dark Tranquillity / In Flames). Là pour le coup, c’est plus qu’une simple découverte, mais un véritable coup de cœur ! Il y avait bien longtemps que je n’avais pas écouté un si bon groupe français de death mélodique (le number one étant pour moi Destinity). De belles envolées mélodiques sur une rythmique catchy et puissante accompagnée d’un growl profond. La parfaite recette qui te percute à l’oreille et reste en tête.

Sangdragon (Mâcon) prend possession de la scène. On change légèrement de registre pour quelque chose de plus sombre, symphonique et occulte. On n’a pas affaire à des débutants car Sangdragon est ni plus ni moins une trilogie qui a commencé en 1993 avec DAEMONIUM : « Opera Of The Ancient War Spirit » et qui a continué avec AKHENATON : « Divine Symphonies » (1995). Une musique très épique et directe à la croisée du black et du death metal, où se mêlent parfaitement chant guttural et chœur lyrique dans une atmosphère très médiévale. La chasse au dragon se clôture sur la reprise du thème de « Game of Throne », revisitée à la sauce Sangdragon, qui fait son petit effet.

In Arkadia (Lyon) arrive et là, on a droit à une tartasse maison ! Un deathcore surpuissant teinté de petites touches black metal, un mélange qui peut surprendre mais qui fait mouche ! Deux chanteurs se partagent les textes pour un rendu haineux et puissant, une section rythmique juste implacable nous martèle la tête à grands coups de riffs assassins. Leur énergie sur scène est ultra communicative et ne tarde pas à mettre un sacré bordel dans la fosse, une bien belle découverte.

 Place à un registre plus old school avec les Italiens de Necrodeath. Le groupe nous délivre 45 minutes de pure folie avec un thrash / black haineux et morbide. Cela fait un sacré bout de temps que le groupe tourne (formé en 84) et ça n’a pris aucune ride. Ça joue extrêmement bien et vite. Flegias éructe jusqu’à réveiller les morts, tandis que ses comparses nous envoient un flot de riffs aussi tranchant que des lames de rasoirs. Assurément ma plus grosse claque du festival avec Grave.

Nightmare groupe pionnier de la scène heavy metal française fait son entrée. Dès le premier titre, on sait à qui on a affaire. A du bon gros heavy sur gonflé. Le groupe prend à la gorge immédiatement la foule venue en masse pour eux. Le son est massif, le décor scénique est soigné et la précision des musiciens est au rendez-vous. Du très bon heavy à chant féminin !
 
On ne présente plus les patrons du death metal français, les grands Loudblast. On a eu droit à un set axé sur les albums « Disincarnate » / « Sublime Dementia » et le mini « Cross The Threshold ». Pas de surprise, c’est de la valeur sure. C’est en place et toujours très efficace. Une présence scénique imposante, un son impeccable ce qui renforce le rouleau compresseur qu’est Loudblast.

Totale découverte pour ma part avec les Italiens de Elvenking et leur folk / pagan metal. C’est parti pour une chevauchée dans les forêts elfiques. Le groupe nous transporte dans des contrées lointaines où vivent elfes, nains et autres bestioles venues tout droit d’un livre de Tolkien. Une musique au fort relent heavy metal très festif nous donne une insatiable envie de lever notre corne remplie de cervoise. Un très bon moment.

C’est les Suèdois de Grave qui clôturent la soirée. Le groupe fête ses 30 ans et c’est avec un show et une setlist explosive qui vont le faire. Setlist uniquement basée sur les deux premiers albums, « Into the Grave » et « You’ll Never See ». Un show sans concession où les titres défilent à une allure folle. Le groupe impressionne par son charisme et sa maitrise. La fosse est totalement déchaînée au son de leur old school swedish death metal dont eux seuls ont le secret. Une belle leçon de violence.

Agathe Kipienne – juillet 2018