Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow BIG APPLE BLUES

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BIG APPLE BLUES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 20 juillet 2018
 

Manhattan Alley
(Stone Tone Records – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 37’33 – 10 Titres

http://www.bigappleblues.com    

C’est avec le concept album « Energy » paru en 2015 que Big Apple Blues a réellement touché le graal du bout des doigts, écoulant plus d’un million de copies numériques de l’effort tout autour du globe et transmettant le plus largement possible sa capacité naturelle qui tend à fusionner toutes les musiques de New York, de la soul au rock en passant par le blues, le jazz et le funk. Bien décidés à battre le fer tant qu’il est chaud, Admir ‘‘Dr. Blues’’ Hadzic à la basse, Barry ‘‘The Baron Of Blues’’ Harrison à la batterie, Zach Zunis aux guitares, Jim Alfredson aux ivoires et Anthony Kane aux harmonicas mais aussi quelques invités aux saxophones et aux percussions reviennent cette année avec « Manhattan Alley », une nouvelle rondelle instrumentale dans laquelle ils laissent une nouvelle fois libre cours à leur inspiration pour rendre hommage à la grosse pomme, la ville qui ne dort jamais et qui baigne depuis des lustres dans un tourbillon musical à la fois créatif et énergique. En une dizaine de nouvelles compositions, Big Apple Blues rend hommage à la créativité des songwriters et des producteurs new-yorkais en faisant un clin d’œil à Tin Pan Alley, le surnom que l’on donnait autrefois à la musique populaire américaine des 19ème et 20ème siècles, avec des titres comme « You Gotta Start Somewhere », « Take Two », « Deep Talkin », « Steamroller » ou encore « Love As I Know It ». Enregistré à l’ancienne dans une simple pièce, « Manhattan Alley » a le charme un peu étrange des bas-fonds de New York, ce mélange d’odeurs un peu rances venues des lignes de métro mal famées et cette petite brise qui arrive de l’Hudson River et qui accentue naturellement les choses, ces fumées qui s’échappent des bouches d’égouts et qui se mélangent avec les relents de grillades et de friture … C’est toute l’âme de la Big Apple qui se voit retranscrite sur une partition de la plus belle des manières pour un résultat qui à lui seul vaut le voyage. Au bout de la galette, il y a un taxi jaune qui vous attend, une raison de plus de sauter dans le premier vol pour JFK !