Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow MATTY T WALL

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

MATTY T WALL pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 11 juillet 2018
 

Sidewinder
(Hipsterdumpster Records – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 48’42 – 10 Titres

http://www.mattytwall.com    
 
Il est né à l’autre bout du monde, dans un pays continent où l’on vit la tête en bas, où le son des guitares est généralement puissant et rageur et où l’on joue le rock en mettant une grosse dose de blues dedans, à moins que ce ne soit le contraire. Australien de naissance donc, Matty T Wall est un jeune guitariste et chanteur qui ne manque pas de panache et qui va s’attacher à le démontrer avec un tout nouvel album, « Sidewinder », dans lequel il fait parler la poudre plus souvent qu’à son tour mais sans jamais la moindre arrière-pensée. Accompagné de Stephen Walker à la basse, Ric Whittle à la batterie, Gordon Cant à l’orgue, Steve Searle aux cuivres, Jonas Petersen aux cordes et Deli Rowe aux chœurs, Matty T Wall va ainsi multiplier les effets de style de manière permanente en nous présentant des compositions très solides ou parfois psychédéliques mais aussi des reprises souvent inattendues puisque de « Something Beautiful » de Trombone Shorty jusqu’à Mississippi Kkkrossroads » de Chris Thomas King en passant par le « Change Is Gonna Come » de Sam Cooke et le « Going Down » de Don Nix, on se laissera porter au gré d’un chaud et d’un froid que l’artiste souffle avec beaucoup d’intelligence. Produit par Bob Clearmountain qui en a vu d’autres puisqu’il a travaillé avec les Rolling Stones, Bruce Springsteen et David Bowie, le nouvel opus de l’Australien va passer le plus clair de son temps à nous scotcher en passant d’un bon gros rock aux limites du hard rock jusqu’à des choses plus empreintes de groove, quand bien même les guitares ne peuvent pas rester bien longtemps sans monter dans les tours. On se laissera ainsi convaincre par des originaux comme « Slideride », « Shake It », « Sophia’s Strut » ou encore « Walk Out The Door » mais aussi par « Ain’t That The Truth », la ballade soul de l’album, par « Leave It All Behind » qui est en quelque sorte son pendant folk et enfin par « Sidewinder », un tittle track plein de jus comme on les aime, et on finira de se régaler d’un album qui n’hésite pas à sortir du cadre avec des passages jazzy, soul, folk, hip-hop et bien entendu rock. L’avenir est en marche et il passera forcément par l’Australie !