Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DAN MCKINNON

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DAN MCKINNON pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 07 juillet 2018
 

The cleaner
(Autoproduction – 2018)  
Durée 48’42 – 10 Titres

http://www.danmckinnonmusic.com   
 
Il a pesé de tout son poids pour faire pencher la balance dans son sens et pour devenir un des artistes de blues et de rock qui comptent au Canada et après un premier album paru en 2013, « As Sharp As Possible », et quelques nominations pour des récompenses nationales, Dan McKinnon remet son ouvrage sur le métier et nous présente une dizaine de pièces originales dans lesquelles on sent l’influence des grands bluesmen, de B.B. King à Muddy Waters en passant par Bobby Blue Bland, mais aussi de pointures comme Albert King, Junior Kimbrough ou encore les White Stripes. Accompagné de Peter Eratostene à la basse et Michael Carbone à la batterie, le jeune guitariste de Toronto va nous faire entrer sans ménagement dans son style quelque peu turbulent avec des riffs puissants et des rythmiques tendues et nous entrainer dans un registre qui rappelle la fin des sixties et la première moitié des seventies avec des compositions qui respectent les caractéristiques de l’époque tout en  leur insufflant un grosse dose de groove bien actuel. Enregistré à l’ancienne, en live et directement sur la bande, avec en prime par moment un côté psychédélique bien pensé, « The Cleaner » sent bon l’urgence et l’énergie d’un power trio qui n’essaie pas de tricher et qui nous propose son blues comme il arrive, avec parfois une approche très rock et des attitudes de guitar hero et d’autres fois une démarche plus posée, plus proches des racines du genre. Convaincant des premiers accords de « Storm » jusqu’aux ultimes trémolos de « WOWOWOW », Dan McKinnon nous délivre avec « The Cleaner » une de ces rondelles capables de renouveler la clientèle de base du blues en lui proposant une musique à la fois fidèle et novatrice qui se traduit par des titres comme « Walk That Aisle », « 17 Years », « All Mine » ou encore « More Than Enough ». C’est plutôt rassurant pour l’avenir et ça mérite vraiment d’être encouragé !