Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DAWID LUBOWICZ

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DAWID LUBOWICZ pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 04 juillet 2018
 

Inside     
(Zbigniew Seifert Foundation – 2018)  
Durée 53’19 – 12 Titres

http://www.dawidlubowicz.pl  
 
Violoniste originaire de Zakopane, un village Polonais situé au pied des Tatras, Dawid Lubowicz est né dans une famille où la musique était omniprésente et c’est à l’Académie de Musique Frédéric Chopin de Varsovie mais aussi à l’Académie de Musique Karol Szymanowski de Katovice qu’il a appris et perfectionné son instrument, décrochant de multiples récompenses, en particulier dans le jazz, son domaine de prédilection. Sideman pour les plus grands artistes internationaux, de Branford Marsalis à Lars Danielsson en passant par Bobby McFerrin, le violoniste s’est fait connaitre en prenant part au groupe Atom String Quartet dont il fait les belles heures et c’est un peu à la manière d’une parenthèse qu’il nous dévoile cette année son premier album solo, « Inside », pour lequel il est accompagné de Krzysztof Herdzin au piano, à la flûte et à l’accordéon, Robert Kubiszyn aux basses et contrebasses et Lukasz Zyta à la batterie. Invitant Jacek Kotlarski au chant et Tomasz Kalwak aux claviers à le rejoindre occasionnellement, Dawid Lubowicz nous entraine dans des trésors de jazz que le jeune artiste a su longuement amener à maturité avant de les enregistrer, de véritables compositions bien pensées dans lesquelles il a mis une grande part de lui-même, que ce soit au niveau de la virtuosité qui est incontestable ou encore au niveau d’un toucher de cordes plein de nuances, de subtilités et de détails. De « Highlander On The Trip » à « Turbofolk » en passant par « First Waltz » ou « Obercology », on traverse ainsi toutes les couleurs d’un jazz décomplexé qui s’envole littéralement au gré des envies d’un violon que l’on n’arrête pas tant il semble maitre du mouvement. Un très bel album proposé dans un très beau digibook que les fondus de jazz adoreront, c’est certain !