Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow RIPOFF RASKOLNIKOV

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

RIPOFF RASKOLNIKOV pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 01 juillet 2018
 

Lost and found
(XLNT Records – 2018)  
Durée 67’58 – 14 Titres

http://www.ripoffraskolnikov.com       

Il a élu domicile en Autriche et jouit là-bas d’une notoriété qui aujourd’hui le précède, il faut reconnaitre qu’il y a de quoi puisque Ripoff Raskolnikov est un des très bons représentants du blues européen, un de ceux dont les talents de guitariste n’ont pas à rougir des énormes capacités vocales dont l’artiste fait preuve. Elevé à l’école des Skip James, Blind Willie McTell et autres Robert Johnson, le bluesman a enregistré cinq albums entre 2006 et 2016 et donné de belles prestations sur les scènes internationales où l’accueil du public a été à la hauteur de son charisme, de son énergie et de son savoir-faire. Initialement enregistré en 2010, « Lost And Found » a récemment bénéficié d’un nouveau mixage et d’un nouveau mastering et c’est pour le public une nouvelle opportunité de découvrir le jeu de guitare de Ripoff Raskolnikov mais aussi le piano de Szabolcs Nagy, la basse de Robert Kepes et la batterie de Lajos Gyenge sur des titres qui n’ont pas pris la moindre ride, des titres qui rendent hommage au blues mais aussi au songwriting puisque l’artiste n’hésite pas à l’occasion à faire quelques escapades du côté de l’Americana, du jazz ou encore du rock. Rejoint épisodiquement à la contrebasse par Peter Glasser qui avait effectué les prises à l’époque mais aussi à l’harmonica par Matyas Pribojszki, Ripoff Raskolnikov se lance dans des morceaux pleins d’imagination et se paie même par moment le luxe de nous servir des titres qui rappellent Bruce Springsteen, les Moody Blues, John Lee Hooker ou encore les Rolling Stones. Autant de bonnes choses que l’on pourra croiser au détour d’un « Always On Your Side », d’un « Early Days », d’un « Kiss Me Conny » ou encore d’un « Rainy Day Love «  et qui donneront une bonne raison de plus de se pencher ou de se repencher sur la discographie d’un artiste dont le blues plein de saveurs et de subtilités pourrait bien faire un carton par chez nous.  Qu’on se le dise !