Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow CRYSTAL SHAWANDA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CRYSTAL SHAWANDA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 11 juin 2018
 

VooDoo Woman     
(New Sun Records – 2018)  
Durée 41’39 – 10 Titres

http://www.crystalshawanda.co   
 
Crystal Shawanda a grandi dans la réserve de Wikwemikong sur une île de l'Ontario, au Canada, et a appris à chanter et à jouer de la guitare avec ses parents qui la voyaient bien se diriger vers la country music jusqu’à ce que son frère ainé lui fasse découvrir le blues. C’est ainsi qu’elle entendra pour la première fois Muddy Waters, B.B. King ou encore Etta James et qu’elle commencera à essayer de chanter comme ses modèles, en cachette au début puis finalement au grand jour. Maintes fois récompensée par tout ce que le Canada compte d’Awards, Crystal revient aujourd’hui avec un nouvel album dans lequel elle mélange quelques compositions et nombre de reprises empruntées à Willie Dixon, Howlin’ Wolf, Elvis Presley ou encore Koko Taylor et Etta James et revisitées à sa propre manière. Accompagnée de Dewayne Strobel aux guitares, Dave Roe et Michael Dearing aux basses, Louis Winfield et Darren James à la batterie, Stephen Hanner à l’harmonica, Dana Robbins au saxophone, Peter Keys à l’orgue Hammond, Vickie Hampton et Quisha Wint aux chœurs, Crystal Shawanda nous régale instantanément avec sa voix comparable à celle de Janis Joplin et avec une énergie qui n’a rien à lui envier et nous offre des trésors de blues, de blues rock et de soul avec des interprétations enlevées de perles comme « Wang Dang Doodle / Smokestack Lightnin’ », « Voodoo Woman », « I’d Rather Go Blind » ou encore « Misty Blue » mais aussi avec des pièces originales comme « Trouble » ou « Cry Out For More ». On remarquera encore la présence du guitariste Tommy Stillwell sur le « Ball And Chain » de Big Mama Thornton mais aussi l’interprétation pour le moins originale de « Hound Dog » que la chanteuse s’est totalement appropriée et on finira d’applaudir des deux mains et sans la moindre retenue un album qui s’achève brillamment sur un ultime medley aux accents tribaux, « Bluetrain (Slight Return) / Smokestack Lightning Revisited ». Avec « VooDoo Woman », Crystal Shawanda fait un grand pas de plus qui la rapproche indiscutablement de ses principales sources d’influences. A ne manquer sous aucun prétexte !