Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow PANAME BLUES NIGHT 2018 au NEW MORNING (75)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

PANAME BLUES NIGHT 2018 au NEW MORNING (75) pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 08 juin 2018
 

PANAME BLUES NIGHT – 7ème EDITION
JESSIE LEE & THE ALCHEMISTS – BLUES POWER BAND – ELISE & THE SUGAR SWEETS
LE NEW MORNING – PARIS (75)
Le 6 juin 2018

http://jessieleeandthealchemists.fr
http://www.bluespower-band.com
http://sugarsweets.fr

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur https://www.flickr.com/photos/isayann/albums

C’est un des rendez-vous majeurs qui marquent le passage du printemps à l’été chaque année, la Paname Blues Night revient réjouir les amateurs de blues et de rock pour la septième fois en 2018 et comme toujours, c’est un New Morning bien garni et surtout chaud bouillant qui va voir se succéder trois groupes choisis parmi les plus intéressants du moment. Et comme l’événement est spécial et qu’il mérite l’intérêt du public, cette année l’association France Blues a été invitée à venir remettre ses trophées à trois « Lauréats » qui seront dévoilés à chaque inter-plateau, l’Association Le Chat Musique qui organise le festival Blues en Loire, Joël Poupeau de Blues Guitars France et enfin Xav’ Alberghini, manager de groupes et surtout coordinateur de la soirée.

Sans plus attendre on va commencer en musique avec Jessie Lee & The Alchemists, une jeune formation composée de quelques piliers de la scène française qui s’est récemment fait remarquer en commettant un premier album éponyme pour le moins excellent. Quand on possède une section rythmique composée de Laurent Cokelaere à la basse et Julien Audigier à la batterie et que l’on dispose de solistes comme le guitariste Alexis Didier et le claviériste Laurian Daire, quand on a en plus la chance d’être porté par une chanteuse aussi élégante que charismatique et brillante comme Jessie Lee Houllier, il ne manque pas grand-chose pour faire partie du haut du panier de la scène nationale et c’est ce que le groupe va s’efforcer de démontrer ce soir, à force de compositions bien senties et d’interprétations bien dosées. Le New Morning ne s’y trompe pas et acclame le quintet comme il se doit, lui reprochant toutefois d’avoir encore fait monter la température de quelques degrés, mais c’est bien la seule chose dont on aurait pu se dispenser tant le reste de la prestation était réussi !

Fil rouge de toutes les Paname Blues Night, c’est Blues Power Band qui joue en deuxième position, et c’est encore une prestation de haute volée que les Parisiens vont nous offrir ce soir. Une set list que l’on qualifiera de classique, reprenant non pas tous les standards du groupe car il aurait fallu jouer trois heures mais seulement une partie des hymnes des Beeps, un groupe qui se donne sans compter et qui se fait plaisir sur scène. C’est donc en partant à la recherche de « Zee » mais aussi en papillonnant dans les autres efforts du sextet que l’on se prendra une fois encore une bonne dose de rock et de blues rock, un concentrée de fun bien mis en valeur par une paire de guitaristes qui fait des étincelles, Paco et Régis, par une section rythmique de haut vol avec Nico à la basse et, encore lui, Julien Audigier à la batterie, par un Damien plus virtuose que jamais aux ivoires et enfin par un Bannish puissant et bien en phase au chant.

Humour, bonne humeur, riffs en pagaille et pagaille sur scène avec les marsupilamis à six cordes qui occupent bien l’espace, rien ne manquera, pas même le guest qui va bien puisque Jake El Tao, le guitariste de Jesus Volt, viendra accompagner Blues Power Band sur un titre. Du bonheur à l’état brut, du rock en branche, le tout avec un soupçon le blues pour pimenter une musique qui a tout compris des fondamentaux, si ce n’est pas du génie créatif, ça y ressemble quand même beaucoup !  Le New Morning est en eau et cette fois ça commence à bien faire, il va falloir vous calmer messieurs car dehors, les averses qui se succèdent aussi font que mouillé pour mouillé, on rentre fissa. Quitte à attraper la mort, autant le faire en écoutant de la bonne zic !

La troisième et dernière formation à se produire ce soir fait elle aussi partie des jeunes pousses prometteuses de la scène blues hexagonale. Exit les ambiances musclées proposées par les groupes précédents, avec Elise & The Sugar Sweets, on entre dans un domaine plus soft aux couleurs bien blues et avec de temps à autres quelques pointes de jazz. Pour cette belle occasion qu’est la participation à la Paname Blues Night, le groupe a mis les petits plats dans les grands et c’est accompagné de leurs deux cuivres mais aussi de deux choristes que les frangins Jay et Bobby à la basse et à la batterie, Olivier à la guitare et Sylvain à l’orgue Hammond lanceront le set avant d’être rejoints par Elise qui arrive après un premier titre dans un kimono jaune. Un look « tout juste sortie du lit » diront certains, mais qui n’enlève rien à l’énergie que la chanteuse développe sur scène et à la puissance d’une voix qui atteint déjà des sommets et qui, l’expérience aidant, devrait faire d’Elise à moyen terme une des chanteuses les plus intéressantes de la nouvelle scène blues (inter-)nationale. De la classe et de la qualité, que ce soit vocalement ou instrumentalement, des chansons qui tiennent la route et que l’on retrouvera bientôt sur un premier album en préparation, il n’y a rien à redire, Elise & The Sugar Sweets ont fait bien plus que le job ce soir !

Impossible de terminer cette 7ème Paname Blues Night sans offrir au public une jam finale, c’est donc en remontant tous sur la scène du New Morning que les acteurs de la soirée nous offriront  un ultime « Thrill Is Gone » durant lequel les trois chanteurs se livreront à des joutes vocales du plus bel effet tandis que chacun des guitaristes et claviéristes y iront de leur solo individuel pour le plus grand bonheur des fans de BB King bien entendu, mais aussi des autres. La Paname Blues Night tirera finalement se révérence sur cet ultime hommage et il sera bientôt temps de se dépêcher d’aller attraper le métro pour que chacun rentre tranquillement chez lui avec, en mémoire ou sur CD, les souvenirs d’une soirée particulièrement réussie … Comme à chaque fois d’ailleurs !

Fred Delforge – juin 2018