Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow JACK DE KEYZER

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JACK DE KEYZER pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 02 juin 2018
 

Checkmate
(Blue Star Records – Productions ZEB – 2018)  
Durée 52’07 – 13 Titres

http://www.jackdekeyzer.com    
 
Récemment intronisé à l’USA’s Blues Hall Of Fame, Jack de Keyzer est considéré par les spécialistes comme le Roi du Blues au Canada et ce ne sont pas les deux Juno Awards et les sept Maple Blues Awards récoltés durant quatre décennies et demie de carrière qui démentiront un statut que le chanteur et guitariste confirme en donnant en moyenne cent vingt concerts par an ! Remarqué sur les plus belles scènes du Canada mais aussi de France ou encore du Mexique, le virtuose a enregistré pas moins de douze albums et un DVD et après nous avoir présenté son « Best Of … » l’an dernier, c’est cette fois un hommage à Chess Records que Jack de Keyzer nous offre, reprenant à l’intérieur quelques classiques de Willie Dixon, Otis Rush, Howlin’ Wolf ou encore Elmore James mais aussi quelques standards revus et corrigés à sa sauce dont deux empruntés à Robert Johnson. Accompagné de Joel Visentin aux claviers et au trombone, Richard Thornton au sax, aux congas et à l’harmonica, Alan Duffy à la basse et Rick Donaldson à la batterie, le Canadien virtuose n’hésite pas à faire monter le moteur dans les tours mais s’attache également à parfaitement maitriser sa monture, tirant comme toujours le meilleur de sa Stratocaster et la faisant tour à tour miauler, gémir, pleurer ou encore hurler, le tout avec une véritable classe et un savoir-faire hors du commun. Mais plus qu’un simple guitariste, aussi doué soit-il, Jack de Keyzer est un excellent chanteur à la voix très assurée doublé d’un bluesman de la plus belle espèce, un artiste capable de réjouir jusqu’au plus blasé des connaisseurs en lui servant des craqueries comme « Howlin’ For My Darling », « Talk To Me Baby », « Double Trouble », « Days Of Old » ou « I Can’t Quit You Baby » et pourquoi pas quelques sucreries comme « Walking Blues » et « Come On In My Kitchen ». Sans jamais se montrer ni prétentieux, ni diarrhéique, Jack de Keyzer renvoie par mal de pseudos guitar heroes à leurs gammes en proposant un album tout en mesure et en nuances, un album durant lequel il avance ses pièces l’une après l’autre pour au bout du compte nous mettre échec et mat. Quel talent !