Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow DANY FRANCHI

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DANY FRANCHI pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 14 mai 2018
 

Problem child
(Station House Records – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 49’21 – 13 Titres

https://www.danyfranchi.com   

Il appartient à cette jeune génération de musiciens qui est en train de prendre ses marques sur la scène blues actuelle et s’il est né en Italie en 1990, il y a un moment qu’il roule sa bosse aux quatre coins de la planète en se produisant sur nombre de festivals dans toute l’Europe mais aussi aux Etats Unis puisqu’il a participé au Dallas International Guitar Festival ou encore au Blues From The Top dans le Colorado. Remarqué avec l’album « I Believe » qu’il avait enregistré dans l’Ohio en 2014 avec Sean Carney, Dany Franchi a réussi à gagner ses galons l’un après l’autre et c’est aujourd’hui un troisième album qu’il nous présente, « Problem Child », un ouvrage mis en boite avec la complicité de Stuart Sullivan, ingénieur du son déjà récompensé aux Grammy Awards pour son travail avec Jimmie Vaughan et Pinetop Perkins. Accompagné d’une partie du gratin de la scène blues américaine, Jim Pugh aux claviers, Nate Rowe aux basses et Wes Starr à la batterie, rejoint épisodiquement par des pointures comme Anson Funderburgh et Andy T aux guitares, Greg Izor à l’harmonica ou encore les Texas Horns avec Kaz Kazanoff, John Mills et Jimmie Shortel, Dany Franchi nous envoie sans fausse modestie une palette entière de compositions bien senties auxquelles il ajoute même quelques reprises comme « Big Town Playboy » d’Eddie Taylor, « Sen-Sa-Shun » de Freddie King ou encore « Everything Gonna Be Alright » de Willie Dixon. Si la Stratocaster du virtuose nous réserve des passages d’une infinie richesse, sa voix n’est pas en reste et réussit à nous donner des frissons, sur des trésors de soul dans le genre de « Real Love » par exemple. On insistera également sur des pièces bien faites comme « Back To The River », « Don’t Steal My Time » ou encore « Wanna Know » qui finissent de faire de « Problem Child » un album qui parle de lui-même et qui a pas mal d’arguments qui jouent en sa faveur. A confirmer au plus vite en live !