Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow ABRIAL & JYE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ABRIAL & JYE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 03 mai 2018
 

L’arnaque
(Aztec Musique – PIAS – 2018)  
Durée 65’24 – 16 Titres

https://www.patrickabrialetjye.com

Patrick Abrial s’est mis à la guitare à l’adolescence, comme beaucoup d’autres, mais pour ce baby boomer qui avait reçu sa première gifle musicale en voyant Jacques Brel en concert, la suite sera faite de découvertes enrichissantes quand, un an après avoir enregistré son premier album, il découvrira un certain Jimi Hendrix en première partie de Johnny Hallyday à l’Olympia. Véritable enfant du rock mais aussi du folk et du hard rock, Patrick enregistrera neuf albums aux styles très variés avant de passer de l’autre côté de la console et de devenir ingénieur du son mais aussi compositeur pour d’autres. De morceaux pour Youssou N’Dour à des compositions pour le triptyque « Taxi » de Luc Besson, le nom d’Abrial continuera à rester en bonne place dans le gratin du rock puisque outre ses œuvres personnelles, Patrick aura transmis la flamme de la guitare à son fils Thibault que l’on verra entre autres aux côtés de Trust, de Johnny Hallyday ou encore de Renaud Hantson. C’est la rencontre avec le guitariste JYE qui sortira Patrick Abrial du confort de son studio et c’est avec cet éminent musicien qui est passé par la musique bretonne et par le hard rock qu’il décidera de reprendre la route avec des concerts bien entendu, mais aussi avec ce tout nouvel album paru début mai. Bien décidés à nous emmener quelque part entre Brel, les ambiances blues et les riffs rock, Abrial & JYE nous font le coup de « L’Arnaque » et se plaisent à nous proposer des chansons dans lesquelles il est question de guitares, mais aussi de famille, d’amour, de passion et de tous les sentiments qui peuvent traverser un humain lorsque, comme les deux complices, il a un cœur et une âme. Outre un incommensurable talent de songwriting, Abrial & JYE font preuve d’une réelle inspiration au niveau de l’interprétation en revisitant à leur propre sauce des classiques comme « La chanson de Prévert » de Gainsbourg ou encore « Les amants d’un jour » de Piaf, des titres éternels qu’ils intercalent au beau milieu de chefs d’œuvres personnels comme « Fétiche », « Hey ho du soleil (Laisser danser les abeilles) », « Semblant », « Chanson pour Marie », « La petite Jeanne » ou encore « Le testament ». En 130 ans d’existence à eux deux, Abrial et JYE ont vu du pays et connu bien des aventures mais simplement armés d’une paire de guitares et d’autant de voix, d’une kick box pour le rythme aussi, et après six mois de préparation et cinq jours de studio, ils sont parvenus à faire un album plaisir qui ne laissera personne indifférent … Vous avez dit « L’Arnaque » ?