Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow CUBA LIBRE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CUBA LIBRE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 30 avril 2018
 

Navegador
(Autoproduction – 2018)  
Durée 46’43 – 10 Titres

https://www.facebook.com/CubaLibreGrupo        
          
Un an après « Marinero », Cuba Libre est de retour et c’est en réunissant une fois encore à Trinidad autour de Tonio Thula, José Altunaga et Julio Cesar des musiciens Français et Cubains qui ont en commun un profond amour pour le reggae mais aussi la salsa que le collectif nous propose cette fois « Navegador », non pas la suite de son premier effort mais plutôt le prolongement naturel d’une première œuvre dans laquelle on sentait à plein nez les relents des expériences acquises avec le Buena Vista Social Club. Entre latin jazz et salsa cubaine, Cuba Libre va nous distiller des chansons entrainantes qui mettent tantôt l’accent sur les racines africaines du genre, tantôt sur leur descendance la plus latine, mais toujours en parfaite harmonie avec des textes qui sont autant d’invitations à balancer, à se déhancher. Le groupe se fait plaisir et ça s’entend à chaque refrain, à chaque note même, avec des titres pleins de saveur comme « Que rythme à manger », « Consomme petit bonheur », « La marée mazoutée », « Les femmes qui passaient », « Les pingouins » ou encore « La mayonnaise », autant de compositions qui visent à faire sortir le chaland de la monotonie et à l’entrainer vers le dancefloor pour extérioriser toutes les bonnes choses que ce « Navegador » renferme autour de son artwork bien en phase avec le contenu de l’album. En bousculant les codes d’une musique habituellement assez convenue pour lui apporter une touche originale et une pincée d’énergie rock, Cuba Libre s’impose comme une sorte de renouveau capable de faire grandir encore un peu l’engouement du public pour la salsa cubaine. Ce n’est certainement pas nous qui nous en plaindrons !