Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow THE SWINGING DICE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE SWINGING DICE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 29 avril 2018
 

Let’s pick up the tempo!
(Celebration Day Records – 2018) 
Durée 39’47 – 11 Titres

http://www.theswingingdice.com       
         
Depuis sa création en 2010, The Swinging Dice a donné pas moins de quatre centaines de concerts en France mais aussi plus largement en Europe et c’est fort de ses influences qui vont des pianistes de la Nouvelle Orléans jusqu’aux icônes du rock des fifties aux seventies que le quartet picard continue d’avancer, levant aujourd’hui le voile sur un deuxième album qui devrait lui permettre d’aller de l’avant pour quelques temps encore. Pierre Matifat au piano, Fabien Lippens aux guitares, Matthieu Duretz à la contrebasse et Dann-Charles Deneux à la batterie ont fait le pari de ne pas changer leur fusil d’épaule et de continuer à marcher dans la même direction, confiant une fois encore les compositions au songwriter anglais Mickey Van Gelder, le parolier historique du groupe, et s’attachant à mettre autour une panoplie de mélodies plus entêtantes les unes que les autres. Véritable machine à distiller du groove, « Let’s Pick Up The Tempo! » nous ramène vers le meilleur des musiques roots américaines en mélangeant une pointe de swing et un trait de jump à une solide base faite de blues old school et de early rock et c’est entre harmonies vocales très poussées et notes souvent bien clinquantes que The Swinging Dice régale son monde en lui proposant sur un plateau d’argent des pièces aux couleurs vintage mais jamais ringardes comme « I’m Gonna Take A Train », « It Makes Me Worry », « Woman From My Dream », « Annie » ou encore « Mountain In The Sky ». Une exception francophone avec « Seul (au milieu de la nuit) » en fin d’ouvrage et voilà une très jolie carte de visite qui, judicieusement déposée par le quartet, pourrait bien lui permettre de passer à la vitesse supérieure en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. A confirmer au plus vite à la scène !