Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow KID RAMOS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

KID RAMOS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 25 avril 2018
 

Old school
(Rip Cat Records – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 47’39 – 13 Titres

https://www.facebook.com/KidRamosMusic/       

L’eau a coulé sous les ponts depuis la sortie du précédent album de Kid Ramos en 2001 et si l’on désespérait quelque peu de retrouver celui qui a été membre des Fabulous Thunderbirds entre 1993 et 2002 tout en proposant simultanément quatre efforts personnels, surtout depuis que les médecins lui avaient diagnostiqué un cancer rare en 2012, c’est forcément un véritable plaisir de le découvrir avec un nouvel album qu’il a taxé d’« Old School » pour mieux annoncer la couleur. Soutenu par Danny Michal à la guitare, Kendar Roy à la basse, Bob Welsh aux claviers et Marty Dodson à la batterie, rejoint par des vocalistes comme Johnny Tucker, Big Jon Atkinson, Kim Wilson ou encore par son plus jeune fils, Johnny Ramos, le virtuose nous dévoile un effort enregistré dans l’urgence, en seulement deux journées passées dans le studio californien de Big Jon Atkinson avec pour seuls complices quelques micros vintage et une équipement analogique. Entre compositions bien ficelées et reprises de Magic Sam ou encore T-Bone Walker, Kid Ramos laisse exploser son jeu de guitare à la fois sauvage, subtil et majestueux et s’efforce de mettre en valeur des morceaux qui nous entrainent du blues au jump et du swing au rock, sans pour autant oublier de mettre une pointe de jazz ou de gospel de temps à autre ou de se lancer dans une ballade à l’occasion. Démarré sur un « Kid’s Jump » en forme de Tribute to B.B., « Old School » va nous faire traverser des trésors musicaux très ancrés sur la Côte Ouest, des titres comme « Tell Me What Ya Want », « Mashed Potatoes And Chili », « You Never Call My Name », « Mona Lisa » et « Jesus Come By Here » avant de terminer en apothéose sur un « High Society » avec un superbe Kim Wilson au chant. On y retrouve le Kid Ramos que l’on aime, quelque peu impétueux mais tellement attachant que l’on se laisse convaincre dès la première écoute ! Après dix-sept ans passés à l’attendre, il va de soi que ce nouvel album est définitivement indispensable …