Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow REVEREND FREAKCHILD

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

REVEREND FREAKCHILD pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 20 avril 2018
 

Dial it in
(TreatedandReleasedRecords – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 47’55 – 11 Titres

http://www.treatedandreleasedrecords.com

Il est indiscutablement le plus irrévérencieux des Reverends mais son amour pour le blues est tout aussi incontestable et c’est en enchainant les albums de manière plus que soutenue que Reverend Freakchild entretient la flamme d’une musique qui brûle tellement intensément en lui qu’il ne peut s’empêcher d’aller la porter à longueur d’année sur la route. Accompagnés par des pointures comme le guitariste Hugh Pool et le batteur Chris Parker, la voix et les résonateurs de l’artiste s’attachent à déposer à chaque instant des ambiances chaudes et colorées, un peu psychédéliques parfois, et c’est rejoint par des guests comme Mark Karan aux guitares, Garrett Dutton aux harmonicas, Brian Mitchell au piano ou encore Jay Collins aux saxophones que Freakchild se plait à nous emmener jusqu’au bout de ses élucubrations les plus incroyables, posant sur l’album une collection de compositions d’une infinie richesse mais aussi quelques classiques revisités. On appréciera ainsi les « Hippie Bluesman Blues », « Skyflower », « Damaged Souls », « 15 Going On 50 » et « Opus Space » mais aussi la relecture épatante du « Personal Jesus (On The Mainline) » de Depeche Mode, la version totalement jazzie et décalée du « It’s Allright, Ma (I’m Only Bleeding) » de Bob Dylan et enfin l’hommage rendu à Blind Willie Johnson avec « Soul Of A Man », autant de titres sur lesquels Reverend Freakchild nous sort des merveilles de slide et des parties vocales souvent ahurissantes de réalisme. Voilà un ouvrage qui réjouira les amateurs de vinyles puisque l’artiste a jugé bon de faire presser une partie de la production de « Dial It In » à l’ancienne. A écouter impérativement !