Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow LA VILLA GINETTE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LA VILLA GINETTE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 11 avril 2018
 

30 millions d’amis
(Les Mains Louches – InOuïes Distribution – 2017)  
Durée 37’22 – 12 Titres

http://www.lavillaginette.fr              

Ils se sont rencontrés en 2010 et ont ressenti le besoin de créer une musique qui se mettrait au service des mots et du texte pour proposer des compositions qui ne seraient ni tout à fait chanson, ni tout à fait rock, ni tout à fait rap. Auteur et compositeur, chanteur, guitariste et claviériste, Rémi Costa s’est très vite mis à raconter des histoires qui voguent au gré de ses humeurs, avec un mélange d’humour et d’ironie qui fait mouche à chaque fois, et c’est portée par Vincent Roubach à la guitare, Boris Buard à la basse et Kevin L’Hermite à la batterie que La Villa Ginette a commencé à se faire connaitre, remportant ses premiers tremplins et s’efforçant de partir de plus en plus souvent sur le route pour en arriver aujourd’hui à plus de deux centaines de concerts dans les jambes et à des affiches partagées avec Les Ogres De Barback, Raoul Petite, Sinsemilia ou encore Caravan Palace. Pour son troisième album sorti en 2007, La Villa Ginette a une fois encore mis les petits plats dans les grands en nous proposant des titres criants de réalisme. Un ton débridé qui s’installe naturellement entre les Svinkels et Java, des chansons qui balancent tout ce qu’elles ont sur le cœur, une critique en règle des notables et de ceux qui ambitionnent de le devenir, rien de ce qui est passé à portée de plume de Rémi Costa n’a été épargné pour le plus grand bonheur de « 30 Millions d’Amis », un album qui a du chien et qui ne se prive pas de le faire savoir. Après le succès de « La Comptine (à la Kétamine) » qui avait vu le jour en 2016 pour préfigurer ce nouvel opus, l’auditeur fan ou pas encore ne tardera pas à craquer pour « Le Barreau », « Prof de maths », « Les joies du mariage », « A la buvette » ou encore « La bêtise », sans oublier bien évidemment la relecture du « Corbeau » des Svinkels à la sauce Villa Ginette. Encore un passage par le tittle track plein d’humour pour boucler la boucle et voilà un album qui n’a pas fini de faire parler de lui, que ce soit à la ville ou bien sûr à la scène. A consommer sans modération !