Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

PERSEFONE au PETIT BAIN (75) pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
samedi, 07 avril 2018
 

DEFECTO – ODDLAND – PERSEFONE
LE PETIT BAIN – PARIS (75)
Le 31 mars 2018

https://defecto.dk
http://www.oddlandband.com
http://www.persefone.com

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur https://www.flickr.com/photos/isayann/albums

Remerciements : Roger (Replica Promotion), Le Petit Bain.

J'avais déjà eu l'occasion de voir le groupe andorran Persefone à La Boule Noire en 2015, et même si ils sont repassés par la capitale depuis, les voilà cette fois de retour au Petit Bain en ce samedi 31 mars. Ils sont accompagnés par deux autres groupes, Defecto et Oddland. Une centaine de personnes étaient venues les voir, histoire de plonger un peu dans leur univers musical …

C'est donc sur la péniche amarrée au pied de la Bibliothèque Nationale qu'a débuté cette soirée placé sous le signe du metal, et plus particulièrement du metal progressif. Et c'est Defecto qui était en charge de commencer la soirée. Venus de leur Danemark natal, c'est dans la plus pure tradition du metal mélodique qu'évolue ce groupe que je découvrais. A dire vrai, pas de grande révolution du genre, mais des morceaux propres, bien interprétés et appréciés par le public. Une petite entrée en matière qui donnait bien le ton, ou plutôt la tonalité de ce qu'allait être la soirée.

Oddland, eux viennent de Finlande, pays où comme généralement dans toute la Scandinavie, la musique metal fait quasiment partie de la tradition. A la différence de leurs prédécesseurs, ils évoluent dans un style totalement progressif. Ils nous ont entraînés dans de grandes et longues envolées guitaristiques entrecoupées de passages assez planants. Une belle prestation de ce groupe que l'on retrouvera je pense dans les festivals car ils ont une belle présence sur scène.

Et enfin, voilà qu'arrive sur les planches Persefone. Même si j'avoue que le metal progressif n'est pas ma préférence, Persefone prend une place un peu à part. Car leur musique est plus un astucieux mélange de passages hyper techniques, de compositions et de rythmiques variées, mais aussi de passages plus violents où l'on se rapproche plus du metal dans ce qu'il a de plus brut. Et il faut dire que la voix, ou plutôt les voix que le frontman Marc Martins Pia nous distille y sont pour beaucoup. Vous ajoutez à cela un clavier qui tempère par moments toutes ces ardeurs et vous avez un concert où énergie et puissance se fondent parfaitement dans les moments plus lancinants. On peut parler de death progressif.

Sans parler qu'ils sont tous d'excellents musiciens et que leurs morceaux sont souvent d'une grande complexité. Il est vrai que les deux guitares se complètent parfaitement. Sans parler de la section basse/batterie qui fait un boulot remarquable. C'est pour ça qu'il faut absolument découvrir Persefone qui, à mon avis, n'est pas un groupe reconnu à sa juste valeur tant les shows, que ce soit sur le plan musical que sur le côté spectacle, sont un vrai plaisir.

Yann Charles – avril 2018