Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow ARCHI DEEP

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ARCHI DEEP pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 08 avril 2018
 

Archi Deep
(Autoproduction – 2018)  
Durée 17’04 – 6 Titres

http://www.archideep.com            

On a connu il y a quelques années le Archi Deep qui avait enregistré trois Ep’s en compagnie des Moneyshakers et donné plusieurs centaines de concerts, voilà aujourd’hui le nouvel Archi Deep qui nous revient en duo avec à ses côtés Julien Audigier, les deux complices se partageant les instruments pour une première tartine éponyme de six titres qu’ils ont enregistrée entre Paris et La Rochelle, quoi de plus normal pour une formation dont le port d’attache est situé sur l’Ile d’Oléron. Dopé au rock des 70’s auquel il a ajouté des influences plus actuelles, Archi Deep nous assène donc cette fois un pur concentré de gros riffs tranchants qu’il mâtine de breaks toujours bien pensés et d’effets de voix qui nous transportent du côté des Beatles ou au contraire des Stones. On sent poindre dans la mélodie le versant le plus rugueux d’influences comme les Black Crowes ou encore les White Stripes et de forts relents qui nous ramènent plus ou moins directement du côté des Foo Fighters, des Allman Brothers, des Red Hot Chili Peppers ou même de Bad Religion, autant de formations qui n’ont pas grand-chose en commun si ce n’est le talent de savoir proposer un rock sans concession et de le revendiquer haut et fort. On suivra donc le tandem dans son tout nouveau délire sans trop faire attention aux virages en épingle qu’il nous impose tant on sait que l’un et l’autre des protagonistes est capable de retomber sur ses pattes à chaque fois, une aptitude qu’Archi Deep nous prouve en quasi-continu au fil des « Lose My Mind », « I’m Just A Man », « With No Money And Time » et « I’ll Be By Your Side » qui rendent cet opus encore plus fou que toute ce que l’on avait pu imaginer. On regrettera juste un peu que ça ne dure qu’à peine plus d’un quart d’heure …