Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow FURIAPOLIS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

FURIAPOLIS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 07 avril 2018
 

Déesses
(Autoproduction – 2018)  
Durée 44’23 – 13 Titres

http://furiapolis.com/      
          
Quartet phocéen évoluant dans le rock alternatif, Furiapolis a vu le jour en 2009 et a immédiatement construit son style en s’appuyant sur des mélodies à l’Américaine qu’il a voulu imaginer en prenant ses influences sur des groupes comme Nickelback, Foofighters ou encore Blink182 mais en y mettant sa touche personnelle, essentiellement grâce à une partie de ses textes écrite en Français. Après trois EP’s dont deux faisant la part belle à la langue des Rolling Stones, Furiapolis franchit le pas et nous livre enfin un véritable album, un ouvrage dans lequel le groupe fait son coming out en nous proposant une majorité de textes dans sa propre langue, un peu comme pour essayer de conjurer le sort et pour devenir un des (trop rares) groupes de rock français capables de s’exporter tout en véhiculant ses valeurs et des idées fortes qui soient intelligibles dans son pays. Bien pensés, les morceaux passent parfois du Français à l’Anglais pour le refrain et surprennent, dans le bon sens du terme, par leur intelligence et par leur engagement en faveur de l’environnement, de la fraternité ou tout simplement de la vie, se présentant comme autant de brûlots ou parfois de bluettes qui devraient réussir à titiller les tympans de plusieurs publics, les amateurs de gros riffs d’une part, mais aussi les amateurs de belles mélodies de l’autre. Bien décidés à avoir toutes les cartes en main au moment de commencer la partie, Pierre Brice Valerio au chant et aux guitares, Simon Dubois aux guitares, Robin Cloarec à la basse et Nicolas Asnar à la batterie ont pensé à tout en cachant un cinquième as dans leurs manches, Olivier Rabeyrolles, et en nous concoctant des titres épatants dans le genre de « Emigrate », « Le Bruit des Anges », « Freak Cell », « SNCT » ou encore « The Rescue » et « L’Armée des Rois ». On souhaite maintenant que ces « Déesses » permettent à Furiapolis de franchir un nouveau cap qui mènera le groupe vers une reconnaissance qu’il mérite amplement !