Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow TRUST

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TRUST pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 29 mars 2018
 

Dans le même sang
(Verycords – 2018)  
Durée 64’27 – 13 Titres

https://www.facebook.com/TrustOfficiel/

En 2016, soit quatre décennies après sa création, Trust affichait un retour gagnant et se répandait sur l’hexagone lors d’une tournée marathon d’un an qui aura fait passer le groupe des petites salles intimistes aux grands festivals de l’été avec en point d’orgue un passage au Hellfest très attendu par l’organisateur mais aussi par les fans. Le secret de ce come-back réussi tient à peu de choses, à une prise de conscience du duo fondateur qui aura su redonner confiance au public en lui proposant des concerts essentiellement axés sur ses anciens titres sans pour autant faire l’impasse sur quelques nouveaux brûlots qui seront venus pimenter les prestations au fil du temps. Pour accompagner Bernie Bonvoisin au chant et Norbert Krief aux guitares, il ne fallait pas moins qu’une équipe solide avec Izo Diop aux guitares, David Jacob à la basse et Chris Dupuy à la batterie, une dream team qui aura su conserver le baromètre du groupe au beau fixe pendant une année toute entière passée sur la route ! Après le live enregistré au Hellfest, il semblait évident que Trust en arriverait à enregistrer un nouvel opus studio et ce fut chose faite durant un break dans la tournée. Mais bien décidé à ne pas retomber dans le piège de la surproduction, le quintet s’est cette fois installé dans des conditions live et a tout mis en boite dans l’urgence, dans la spontanéité, sans chercher à trop en faire pour au contraire se concentrer sur l’essentiel, sur des riffs bien tracés, sur des guitares puissantes et sur des lyrics forts et engagés, un peu comme à la grande époque. Alors bien entendu, ceux qui s’attendaient à découvrir un « Repression Bis » ou un « Marche ou Crève Revisited » vont en être un peu pour leurs frais, mais Trust n’a jamais eu pour habitude de remettre sur le métier un morceau qui avait déjà été utilisé, préférant à chaque fois innover, quitte à déplaire ! Pour les autres, plus ouverts à l’évolution, il y aura tout au long de cette grosse heure de musique quelques belles craqueries bien saignantes comme « Ni Dieu ni Maitre », « L’Exterminateur » et « Où sont passés les anges », quelques hymnes en puissance comme « Démocrassie », « Déjà servi » ou « F Haine », un titre au refrain en Espagnol, « Caliente », et même une douceur pleine de subtilité, « J’m’en fous pas mal », un titre emprunté à Edith Piaf et installé quelque part entre une structure bluesy et une chanson française très années 50/60. Légitimement déstabilisés à la première écoute, mais quel album de Trust ne nous a pas fait cet effet-là, le fan de toujours et le néophyte marqueront sans doute quelques temps d’arrêt sur des morceaux parfois un peu longs, sur des chœurs un peu trop présents, avant de finalement saluer toutes les qualités intrinsèques d’un album auquel rien ne manque, ni les grosses guitares, ni les textes au vitriol, et surtout pas une production assurée par Mike Fraser, le producteur d’AC/DC, de Metallica, d’Aerosmith … Un album comme Trust n’en avait jamais encore fait, et c’est bien ce qui le rend encore plus intéressant !