Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow BAD TRIPES

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BAD TRIPES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 28 février 2018
 

Les contes de la tripe
(Autoproduction – 2017)  
Durée 45’41 – 12 Titres

http://www.badtripes.fr  

Dix ans après sa naissance, le combo phocéen de tripe rock à tendance metal et electro et à dominante foutraque a fait le pari de nous proposer un troisième effort dont le double but était de ramener Bad Tripes non seulement à la vie après quatre années d’errances mais aussi vers le devant des bacs et du même coup vers la scène. Adeptes des musiques bordéliques et des shows décadents qui ne le sont pas moins, Hikiko Mori au chant, Seth aux guitares, Kami à la basse et Siger à la batterie reviennent en grande forme pour nous présenter « Les Contes de la Tripe », sorte de psycho délire punkoïde en diable dans lequel on remarquera bien entendu des textes sexuellement engagés mais aussi des riffs directement tracés à la tronçonneuse à même le corps. A la fois trash, gore et salaces, les douze sex-toys que nous présentent cette fois les Bad Tripes sont une véritable invitation à les rejoindre dans leur « Comic Tripe » pour y partager sur fonds de décadence, de bestialité et de débauche des compositions appelées à devenir culte dans le genre de « Fuck Me Freddy », « Baby Porn », « L’Ogre de Barbarie », « La Bouchère de Hanovre » ou encore « Les Rendez-vous de la Bête ». Habitués à déconstruire leurs mélodies juste après les avoir construites, les Bad Tripes nous offrent une fois encore un concentré de démesure qui pousse directement l’auditeur dans ses derniers retranchements et qui lui imposent une certaine préparation, tant physique que mentale, pour être capable de pleinement profiter du spectacle qui lui est offert non seulement à la scène mais aussi dans la platine. Rejetons délurés d’un Rocky Horror Picture Show qu’ils auraient réussi à décupler grâce à leur énergie et à la maitrise dont ils font preuve pour la canaliser, les Bad Tripes annoncent clairement la couleur, 2018 sera Sex, Tripes et Rock’n’Roll ou ne sera pas. Qu’on se le dise !