Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow JANIVA MAGNESS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JANIVA MAGNESS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 27 février 2018
 

Love is an army
(Blue Elan Records – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 45’17 – 12 Titres

http://www.janivamagness.com      
          
Après avoir reçu pas moins de sept Blues Music Awards mais aussi deux nominations aux prestigieux Grammy Awards en 2016 et 2017, Janiva Magness aurait légitimement pu se reposer sur ses lauriers et lever un peu le pied entre chacun de ses albums mais c’est seulement deux ans après son dernier effort en date, « Love Wins Again », que la chanteuse nous délivre son quatorzième album, « Love Is An Army ». Parvenue à trouver un équilibre parfait entre la soul et la country, entre le son de Memphis et celui de Nashville, Janiva Magness a souhaité habiller sa voix en lui offrant ce qui se fait de mieux en terme de musiciens et outre Dave Darling aux guitares, Doug Livingston à la pedal steel et au dobro, Phil Parlapiano au piano, Alan Schierbaum aux claviers, Davey Faragher à la basse, Stephen Hodges à la batterie mais aussi des cuivres et des chœurs, elle a su faire confiance à divers guests qui viennent émailler son opus à la perfection. C’est ainsi que la délicieuse chanteuse nous emmène papillonner vers le blues roots, le gospel et le rhythm’n’blues en accueillant à l’envie Rusty Young, Delbert McClinton, Courtney Hartman ou Bryan Stephens mais aussi Cedric Burnside et Charlie Musselwhite, le résultat en devenant encore plus séduisant, quand bien même la voix de la diva aurait déjà suffi d’elle-même à proposer des morceaux très aboutis. On se régalera donc durant trois quarts d’heure de l’infinie richesse et de la formidable chaleur du chant mais aussi d’une palette d’instrumentations qui donne le frisson au fur et à mesure que défilent les énormes « Back To Blue », « Hammer », « Down Below », « What I Could Do », « Home » et bien entendu « When It Rains », de véritables chefs d’œuvres qui donnent le frisson plus souvent qu’à leur tour et qui n’en finissent plus de s’adresser directement au cœur de celui qui les écoute. Irrésistible Janiva !