Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow JOHNNY FINK AND THE INTRUSION

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JOHNNY FINK AND THE INTRUSION pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 14 février 2018
 

JFI
(Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 45’19 – 9 Titres

http://www.johnnyfink.com    
          
Candidat à deux reprises successives à l’International Blues Challenge de Memphis, Johnny Fink And The Intrusion a atteint le cap des demi-finales en 2016 et de la finale en 2017, parvenant à dépasser du même coup son statut de secret le mieux préservé de la scène blues du Midwest et à se faire connaitre de nombre d’amateurs séduits par le jeu pointu, subtil et plein de nuances du groupe. Bien décidés à enfoncer le clou avec un premier album dont le titre n’est autre que l’acronyme du quartet, Johnny Fink aux guitare et au chant, Jimmy Rogers aux claviers, Matt Newman à la basse et Doug Moore à la batterie ont mis tout leur poids dans la balance et ont enregistré une volée de neuf titres qui tape droit dans le mille avec des shuffles de toute beauté, des blues enjoués et d’autres plus introspectifs et enfin des morceaux pleins de slide comme on les aime. Véritable pièce d’orfèvrerie, « JFI » nous entraine tant et si bien vers le haut du panier que l’album s’est retrouvé parmi les douze finalistes pour le titre du meilleur album autoproduit de l’année 2018, une place totalement méritée par des titres originaux pleins de saveur comme « Oh No », « Let’s Hear Some Blues », « Knew She Was Looking » ou encore « Pain » qui savent parfaitement mettre en valeur une voix taillée sur mesure pour le rôle, une section rythmique au sommet de son art et une paire de solistes qui ne manque jamais une occasion de faire briller son blues. Vous y ajoutez une production soignée et voilà un album qui ne devrait pas tarder à se faire connaître de notre côté de l’océan, avec à la clef on imagine quelques concerts sur le vieux continent …