Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow SUE FOLEY

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SUE FOLEY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 12 février 2018
 

The ice queen
(Dixiefrog – Borderline Blues – 2018)  
Durée 53’22 – 12 Titres

http://www.suefoley.com  
http://www.bluesweb.com      
          
Elle est née au Canada où elle a commencé à se produire dans les clubs deux ans avant sa majorité, quittant Ottawa pour la Côte Ouest à 18 ans pour finalement s’installer à Austin à 21 ans et y enregistrer un premier album qui la fera directement remarquer du public mais aussi des professionnels … Brillante et déterminée, Sue Foley continue après plus de trois décennies de musique à faire parler d’elle grâce à une quinzaine d’albums mais aussi à des collaborations et à des premières parties pour BB King, Buddy Guy, Joe Cocker, Johnny Winter, Albert Collins et tant d’autres encore, et si la guitariste qui arbore depuis tout ce temps la même Pink Paisley Telecaster s’est toutefois accordé un long break pour reprendre ses études et raconter l’aventure des grandes guitaristes du blues, c’est avec un tout nouvel effort qu’elle retrouve aujourd’hui le chemin des bacs, un album pour lequel elle a mis les petits plats dans les grands. Accompagnée du gratin de la scène texane, Sue Foley nous y délivre une dizaine de titres originaux mais aussi deux reprises, « Send Me To The ’Lectric Chair » et « Cannonball Blues », et nous fait la bonne surprise de nous offrir quelques featurings prestigieux comme Charlie Sexton sur « Come To Me », Billy Gibbons sur « Fool’s Gold » et Jimmie Vaughan sur « The Lucky Ones ». Produit par Mike Flanigin, « The Ice Queen » nous ramène vers une chanteuse et guitariste au sommet de sa forme, une artiste qui ne manque jamais une occasion de briller dans ses deux domaines de prédilection et qui s’impose comme une des valeurs sures de la scène blues actuelle, qu’elle soit féminine ou masculine. Séduit par des « Run », des « Gaslight », des « If I Have Forsaken You » et des « The Dance », l’amateur de blues se laissera rapidement convaincre par un chant plein de sensualité et par des mélodies toujours très bien pensées, autant d’ingrédients qui relevés par quelques cuivres, un peu d’orgue ou encore des percussions parviennent à donner à l’ensemble des allures de chef d’œuvre ! A découvrir dans tous les bons bacs à partir du 2 mars …