Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow ESCAPE THE FATE au TRABENDO (75)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ESCAPE THE FATE au TRABENDO (75) pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
mardi, 06 février 2018
 

SHIELDS – SET TO STUN – ESCAPE THE FATE
LE TRABENDO – PARIS (75)
Le 26 janvier 2018

https://www.facebook.com/Shieldsuk/
http://settostun.net
http://www.escapethefate.com

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur http://www.captured-live.fr/

Remerciements: Roger (Replica Promotion), Ninon et Anthony (Alternative Live), Le Trabendo.

Cela fait deux ans maintenant qu’Escape The Fate s'est produit au Divan du Monde dans une salle archi full. Donc forcément pour cette nouvelle venue dans la capitale, c'est vers une salle un peu plus grande, le Trabendo, que Craig et sa bande avaient donné rendez-vous à leur public. Un public de fans, jeunes, et même si la salle n'est pas remplie, il règne une belle ambiance, sympa et festive.

C'est tout d'abord les Anglais de Shields qui ouvriront les hostilités avec un set impeccable pour ce groupe que je découvrais. Metal à souhait, une belle énergie sur les planches et le public qui réagit dès le début de leur show. Puissant à souhait, le chanteur Joe Edwards ira même de son vol plané sur les spectateurs, histoire de rajouter encore plus d'ambiance. Une excellente découverte que j'espère retrouver un de ces quatre pour un set plus important. A retenir Shields !

Le second groupe à s'installer sur la scène du Trabendo m'a laissé, je dois bien l'avouer, pantois. Set To Stun est une formation californienne de metal hardcore, mais peut-être trop hardcore. Même si la puissance et l'énergie étaient bien au rendez-vous, leur musique et leurs compositions trop brouillonnes à mon sens ne m'ont pas enthousiasmé plus que ça. Trop d'énergie tue l'énergie je dirais. Autant dans le même style de musique je suis fan de The One Hundred, autant là je n'ai que moyennement apprécié. Le public a eu l'air pour sa part d'aimer ça, avec beaucoup de mouvements devant la scène.

Puis le moment tant attendu par toute la salle allait enfin arriver. Du moins on l'espérait vivement car c'est avec un bon quart d'heure de retard qu’Escape The Fate a déboulé sur les planches. En attendant, la musique pour nous faire patienter était un peu étrange, avec du Whitney Houston par exemple. Bref vraiment bizarre mais toujours dans la bonne humeur. Mais bon, voilà enfin le Trabendo qui s'agite lorsque le groupe prend place et que retentissent les premières notes de « This War Is Ours » en introduction d'un show qui va s'avérer explosif.

Le public s'agglutine désormais devant la scène pour être au plus près de ses artistes favoris. Et c'est vrai qu'il existe une belle complicité entre les fans et le groupe. Les spectateurs chanteront en chœur les morceaux du tout dernier album, à la grande joie et même à la surprise de Craig Mabbit, visiblement ému, qui n'a pas hésité à partager son micro avec l'assemblée. Toujours aussi puissantes, les compositions vont s'enchaîner à un rythme fou, avec force slam et pogo surtout lorsque le band joue les titres passés qui ont fait leur réputation. C'est chaud, ça remue dans tous les sens, les jeunes s'en donnent à cœur joie … et le groupe tout autant.

Escape The Fate a une nouvelle fois fait le bonheur de ses fans, et beaucoup de joie pour ceux qui les découvraient pour la première fois sur scène. Une belle soirée et une superbe ambiance !

Yann Charles – janvier 2018