Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow LEX GREY AND THE URBAN PIONEERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LEX GREY AND THE URBAN PIONEERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 02 février 2018
 

Usual suspects    
(Pioneer Productions – Frank Roszak Promotions – 2018)  
Durée 41’32 – 9 Titres

http://www.lexgreymusic.com  
 
Si Lex Grey cite fréquemment Ma Rainey comme étant sa source principale d’inspiration, elle n’en est pas moins une chanteuse au spectre vocal très étendu puisque l’on reconnait dans son timbre de voix et dans ses intonations des couleurs rapportées de chez Janis Joplin et Ella Fitzgerald mais aussi de chez Joe Cocker ou encore Robert Plant. Pour leur septième album, Lex Grey And The Urban Pioneers n’ont pas fait les choses à moitié et on remarque dans le groupe quelques belles pointures comme Vic Mix aux guitares, Kaia Updike à la basse, Brian Dewan aux claviers et John Holland à la batterie mais aussi nombre d’invités venus apporter cuivres, lap steel, harmonicas et autres contrebasses ou ukulélés.  En seulement neuf titres, tous originaux, la voix de Lex Grey nous invite à faire le grand tour d’une musique qui va du rock jusqu’au blues en passant par la soul et le rhythm’n’blues, nous ouvrant des portes qui pouvaient jusque alors sembler inaccessibles grâce à une tessiture exceptionnelle et en appelant à des riffs toujours tirés à quatre épingle pour nous offrir des pièces d’une rare élégance comme « Chow Down », « Warrior Squaw », « Sunshine And Blue » ou encore « My Jellyroll » et le splendide « Renegade Heart ». Surprenant par sa puissance et sa détermination, charmeur par ses multiples nuances, le chant de Lex Grey est indiscutablement l’élément essentiel de ce nouvel album et c’est en y associant des musiques interprétées par ce que la scène actuelle compte de mieux que l’artiste a réussi à faire de ces « Usual Suspects » une véritable pièce d’orfèvrerie que toute bonne discothèque devrait accueillir au plus vite.  Qu’on se le dise !