Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow COTTON BELLY'S

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

COTTON BELLY'S pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 11 janvier 2018
 

Live session vol.2     
(Cabane Prod. – Musicast – 2017)  
Durée 30’27 – 5 Titres

http://www.cottonbellys.com       
 
Ils avaient réussi à nous épater une fois de plus au printemps dernier lorsque que, tout juste rentrés de leur brillante participation à l’International Blues Challenge à Memphis où ils avaient disputé la finale dans un B.B. King Blues Club surchauffé par leur prestation, ils avaient proposé le premier volume de leurs « Live Sessions » dans lequel les Cotton Belly’s revisitaient quelques-uns de leurs titres mais aussi des standards dans des versions live et avec à l’occasion quelques invités croisés au gré de leurs nombreux concerts sur les routes de France et d’ailleurs. L’hiver approchant à grand pas, il semblait inconcevable pour Yann Malek au chant, harmonicas et lapsteel, Jérôme Perraut à la guitare, Christophe Etienne à la basse et Aurélie Simenel à la batterie de ne pas continuer dans cette voie en nous proposant un second volume qui tient aussi toutes ses promesses, et on comprend vite pourquoi en l’écoutant. Véritable voyage sur les routes du deep south, cette nouvelle « Live Session » nous confronte à un groupe qui a pris encore plus de volume et de subtilité depuis son voyage en terre de blues et qui nous délivre des versions littéralement magistrales de ses propres classiques comme « My Friend » et « Cup Song » proposés ici dans des versions gospel et « New Orleans à faire trembler les jazz bands locaux ou encore comme « Rainy Road » dans une relecture tellement typée worksong qu’elle vous emmène directement dans les champs de coton où sur les bords des voies ferrées pour y poser des traverses … Vous y ajoutez une version épique de l’enchainement « This Day » et « Mambo » qui prend des tournures psychédéliques et au passage des cachets indianisants et enfin cette version totalement affolante de « Georgia » qui n’en finit plus de donner des frissons, même aux plus blasés, et vous vous retrouvez avec l’ouvrage qui une fois encore mettra tout le monde d’accord sur les grandes qualités des Cotton Belly’s, un groupe composé de quatre brillants musiciens qui ont tout compris de ce que jouer ensemble dans un seul et même intérêt commun signifiait !