Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow STOLEN MEMORIES

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

STOLEN MEMORIES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 30 décembre 2017
 

Paradox    
(Dooweet Records – 2017)  
Durée 47’29 – 10 Titres

https://www.facebook.com/stolenmemoriesprog/       
 
Formé il y a dix ans, Stolen Memories est un groupe lyonnais qui s’est fait remarquer en 2010 en proposant un premier album résolument metal et progressif qui s’est attiré immédiatement les faveurs de la presse spécialisée mais aussi du public et qui a confirmé en 2013 avec un second effort tout aussi bien accueilli. Désormais bien installés dans le paysage musical français, les frères Brun, Baptiste aux guitares et claviers et Antoine à la batterie, et leurs complices Najib Maftah au chant et Olivier Dalmas à la basse, ont choisi de continuer à évoluer dans un registre de plus en plus progressif et c’est un nouvel album plus ambitieux que jamais que le quartet nous dévoilait fin octobre, une rondelle où les riffs tarabiscotés, la puissance maitrisée et les aspects techniques font bon ménage et où les claviers, eux aussi assurés avec beaucoup de talent par Baptiste, apportent une couleur totalement inédite à des compositions particulièrement bien pensées. Sans tomber dans l’excès de morceaux à rallonges, Stolen Memories parvient à en dire beaucoup sans jamais trop en faire et c’est en trouvant un subtil équilibre entre la mélodie et la vigueur que « Paradox » force le respect, nous glissant au passage quelques classiques en puissance avec des titres comme « The Badge », « Constant Liar », « Exile », « A Second Chance », « Lack Of Clarity » ou encore « Only The Brave », des pièces dans lesquels on sent très naturellement des influences allant de Symphony X à Nevermore ou encore Evergrey en passant par Dream Theater bien entendu, mais aussi par Marillion voire même par Porcupine Tree. En trois quarts d’heure qui ne souffrent d’aucune longueur, Stolen Memories réaffirme avec l’art et la manière son statut de grand groupe de metal progressif !