Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow DEAD CROWS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DEAD CROWS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 27 décembre 2017
 

Dead Crows    
(Wake Up Dead Record – 2017)  
Durée 39’16 – 10 Titres

https://www.facebook.com/DeadCrowsBand/      
 
L’histoire de Dead Crows pourrait presque paraitre banale puisque le groupe est en fait un side project né lors d’une soirée passée au bar dans un festival. Piv Casula et Matt Asselberghs, respectivement batteur et guitariste de Sangdragon et de Nightmare discutent alors autour d’une bière avec le père de Matt, Rudy, et se disent qu’en complément de leur travail assez recherché au sein de leurs deux groupes, il pourrait être intéressant de créer une troisième formation plus basique, un power trio dans le genre de Cream ou encore de Motörhead … Le temps pour Matt de chausser la basse et voilà Dead Crows qui se branche et qui s’efforce d’aller droit à l’essentiel en jouant du rock, ni plus, ni moins ! Quelques mois suffiront à composer les premiers titres et après quelques répétitions, c’est fin mai 2016 que le groupe donnera son premier concert, enchainant vite sur d’autres mais aussi sur l’enregistrement de ce premier effort éponyme paru au printemps dernier. Au menu, une dizaine de titres aux accents divers et aux rythmes changeants, Dead Crows semblant avoir fait le pari de mettre sur la même rondelle des titres qui rappellent Metallica et Motörhead d’une part mais aussi à l’occasion Neil Young ou Leonard Cohen, un exercice peu évident auquel Matt se prête pourtant avec un réel talent, que ce soit au chant ou à la guitare. Réjouissante à plus d’une occasion, la tartine nous emmène faire une grande virée vers un rock sans concession avec des brûlots comme « Don’t Tell My Girl », « Tatoos & Scars », « Headless Crown » ou encore « Into The Pit » et nous surprend, mais toujours dans le bon sens du terme, avec les deux exceptions très délicates que sont « Hourglass Ends » et « Lullaby ». Encore un très bel hommage à Lemmy écrit avant son décès, « Orphan », et voilà un groupe qui gagne à être connu avec une musique qui se veut directe et sincère. Foncez !